Paris: recul persistant sur un afflux de mauvaises nouvelles

le
0

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris reste en net recul, 'cernée' par une accumulation de mauvaises nouvelles.

Peu après 16h, le CAC 40 lâche ainsi 1,9% à environ 4.264 points.

Sur le marché de l'énergie, le baril de brut léger américain poursuit sa correction en abandonnant encore 0,4% à 35,6 dollars en début d'après-midi.

'On espérait que le redressement opéré mi-mars se poursuivrait, mais on se dirige tout droit vers un enfoncement des 35 dollars', a averti un trader en poste à Londres ce matin.

'Résultat, c'est tout le secteur des produits de base qui est sanctionné ce matin', observe-t-il, tout en invoquant également 'la remontée des chances d'un Brexit' comme 'facteur aggravant'.

Le moral des opérateurs pâtit par ailleurs aussi de l'indice PMI final Markit de l'activité globale dans l'Eurozone, qui n'a grappillé que 0,1 point en rythme séquentiel à 53,1 en mars. Il s'inscrit donc en dessous de son estimation flash de 53,7.

'L'économie de la zone euro peine à retrouver son élan au mois de mars, l'indice PMI ne suggérant ainsi une nouvelle hausse trimestrielle du PIB de seulement 0,3% au premier trimestre 2016', a commenté Chris Williamson, chief economist à Markit.

De surcroît, les commandes à l'industrie en Allemagne ont reculé de 1,2% au mois de février en rythme séquentiel, sous l'effet d'une contraction de 2,7% des commandes à l'exportation.

Outre-Atlantique, le déficit commercial américain s'est accentué en février, a rapporté le Département américain du Commerce en début d'après-midi. Il est en effet ressorti à 47,1 milliards de dollars, contre 45,9 milliards au terme du mois précédent (chiffre révisé de - 45,7 milliards). Ce chiffre constitue une mauvaise surprise dans la mesure où le consensus des économistes tablait sur un creusement assez sensiblement moins marqué autour de 46,2 milliards de dollars.

La croissance de l'activité dans le secteur des services américain est en revanche repartie de l'avant le mois dernier, révèlent les résultats d'une enquête publiée mercredi par l'institut ISM. L'indice ISM des services est en effet ressorti à 54,5 le mois dernier après 53,4 en février, ce qui était un plus bas de deux ans.

Les économistes étaient moins optimistes, tablant sur une progression autour de 54.

Sur le front des valeurs, Peugeot (-5,4%, lanterne rouge de l'indice phare) reste délaissé ce mardi après la publication d'un plan stratégique jugé insuffisamment ambitieux par le marché. Intitulé 'Push to pass' et à horizon 2021, celui-ci succède à 'Back in the race'. Il vise une progression de 10% des revenus sur les 3 premières années et de 15% sur les 3 suivantes. Le PDG Carlos Tavares a en outre annoncé ambitionner une marge opérationnelle moyenne de 4% sur la période 2016/2018 et de 6% sur les 3 dernières années du plan.

Les sociétés liées à l'automobile sont à la peine dans leur ensemble comme en attestent les reculs de respectivement 3,8 et 4,1% des titres Valeo et Renault.

Enfin, Gemalto dévisse de 4,7% dans le sillage de l'annonce du départ, effectif en août prochain, de son directeur général Olivier Piou, qui occupait cette fonction depuis 18 ans.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant