Paris reçu quatre sur quarts

le
0
Paris reçu quatre sur quarts
Paris reçu quatre sur quarts

Après une mi-temps poussive, le PSG s'est finalement imposé à Chelsea et rejoint les quarts de finale de C1 pour la quatrième fois consécutive, une première pour un club français. Une qualification plutôt tranquille, qu'il doit à sa force collective et son leader Ibrahimović.

Chelsea 1-2 PSG

Buts : Costa (27e) pour Chelsea // Rabiot (16e) et Ibrahimović (67e) pour Paris

C'est tout sauf une surprise. N'importe quel amateur de foot ayant suivi, de loin ou de près, les rencontres de Chelsea cette année s'attendaient à cette issue. N'importe quel individu ayant observé, attentivement ou d'un œil blasé, les prestations du PSG cette saison ne devaient pas être très inquiets. Et n'importe quel spécialiste lucide, au regard des actualités des deux clubs et de la différence flagrante de niveau, pouvait pronostiquer le résultat final. Car le fait est simple : Paris est désormais supérieur à Chelsea. Et dans le sport, qu'on le veuille ou non, c'est souvent le meilleur qui gagne.

Certes, les Français ont été (un peu) bousculés. Certes, ils ont pris un but et ont parfois pu paraître (un chouïa) empruntés ou dépassés au milieu. N'empêche qu'ils n'ont jamais douté. Mieux : ils n'ont jamais été en position d'être éliminés. En marquant deux fois a l'extérieur, et en comptant sur un Ibra passeur puis buteur, Paris s'est finalement imposé à Stamford Bridge. Et se sont, du même coup, tranquillement qualifiés pour les quarts. Pour la quatrième fois.

Chelsea vend cher sa peau...


Mauvaise nouvelle pour Paris : Verratti, remplacé par Rabiot, n'est pas remis et ne figure pas sur la feuille de match. Plus attendu, Marquinhos fait partie du onze. Comme Lucas, au détriment d'un Cavani pourtant buteur à l'aller. Baba, lui, paye sa boulette en Premier League et laisse sa place au prometteur Kenedy. Devant des supporters Londoniens en chaleur, les 22 acteurs zappent le round d'observation. Costa et Di María allument les premières mèches, Trapp et Ivanović les éteignent. Ibra croît s'envoler vers la qualif', l'arbitre assistant le ramène sur terre en le signalant hors-jeu. Pas grave : le Suédois se mue en passeur pour offrir l'ouverture du score, et donc un but à l'extérieur, à Rabiot. Cette fois, personne pour contrecarrer l'initiative.

Comment espérer meilleure entame côté parisien ? Tout simplement en étant un peu plus attentif et en refusant de se voir déjà en quarts. Et les joueurs de Blanc tombent dans le piège : sur une nouvelle perte de balle de…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant