Paris réclame 1,6 milliard d'arriérés d'impôts à Google

le
0
Paris réclame 1,6 milliard d'arriérés d'impôts à Google
Paris réclame 1,6 milliard d'arriérés d'impôts à Google

Le fisc français réclame une somme considérable de 1,6 milliard d'euros d'arriérés d'impôts à Google, soit près de dix fois celle obtenue par un accord avec la Grande Bretagne il y a un mois. "En ce qui concerne la France, il y a un redressement de 1,6 milliard infligé à cette entreprise", a indiqué une source proche du dossier, dévoilant pour la première fois le montant réclamé par le fisc français au géant de l'internet. Interrogé par l'AFP, Bercy n'a pas confirmé cette somme, invoquant "le secret fiscal". De son côté, Google n'a pas souhaité commenter cette information. "Cela ne veut pas dire que Google va payer au bout du compte 1,6 milliard. Il va y avoir des recours, et peut-être au bout du bout une négociation, notamment sur les pénalités", a expliqué à l'AFP une source au sein de l'administration fiscale.Ce chiffre a été rendu public alors que le PDG de Google, Sundar Pichai, se trouve à Paris, où il doit rencontrer mercredi soir le ministre de l'Economie Emmanuel Macron.Interrogé par l'AFP, l'entourage du ministre n'a pas précisé si ce litige fiscal allait être abordé à l'occasion de cette rencontre. "Il le voit comme il voit de nombreux PDG", a-t-on indiqué.Lors d'une conférence à Sciences-Po, M. Pichai, interrogé de façon générale sur Google et la fiscalité, avait assuré auparavant que son groupe respectait la loi. "Nous sommes un groupe mondial et nous nous conformons aux lois fiscales partout, et nous le faisons dans tous les pays", a-t-il assuré, tout en plaidant pour "une simplification du système d'imposition mondial".- Pas de taxation forfaitaire -L'administration fiscale française avait assuré début février qu'elle ne négocierait pas le montant des arriérés d'impôts qu'elle réclame à Google, comme l'a fait le gouvernement britannique. Cette somme de 1,6 milliard d'euros est nettement supérieure aux 500 millions d'euros évoqués ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant