Paris: rebond timoré sur fond de lourde rechute du pétrole.

le
0

(CercleFinance.com) - Le CAC40 grappille +0,31% dans une ambiance de jour férié, avec à peine 1,85MsdE échangés (un scénario classique quand Londres est fermé).

Les indices boursiers réalisent une entame de mai 'prudente', pour ne pas dire timorée, les opérateurs plutôt enclins à se porter à l'achat ayant été déçus par la confirmation d'un indice ISM manufacturier américain à 50,8 d'avril qui déjoue un consensus de 51,4.

Une petite révision à la hausse était attendue après l'estimation préliminaire qui marquait un repli de -1Pt après 51,8 en mars.

A mi-séance, Wall Street se contente d'une hausse technique comparable à celle du CAC40: +0,4% pour le Dow Jones et le 'S&P'... mais le Nasdaq ne grappille que +0,2% après une longues glissade amorcée le 21 avril dernier: il n'est pas à l'abris d'inscrire une 8ème séance de baisse d'affilée.

Les dépenses de construction publiées à 16H (+0,3%) étaient également décevantes (+0,5%) mais les indices US passent outre car globalement, il s'agit du meilleur niveau enregistré depuis fin 2007.

A la clôture, l'euro-Stoxx50 grappille +0,15% à 3.032, soutenu par Francfort (+0,84%) alors que Milan chute symétriquement de -0,98% dans le sillage des valeurs bancaires.

C'était la journée des 'ISM' et des 'PMI' manufacturiers: cela avait mal commencé au Japon avec une chute de -1,1 à 48 en avril (Tokyo a dévissé de -3,1%).

La France subit un coup de frein de -1,6Pt à 48, l'Espagne s'en sort mieux avec 53,5 contre 53,4, l'Allemagne affiche 51,8 contre 50,7 et l'indice global de l'Eurozone s'améliore à 51,7 contre 51,5 (et 51,4 estimé, son plus haut niveau depuis trois mois).

Pour en terminer avec les 'PMI', celui du Brésil dévisse de 46 vers 42,6 en avril (en pleine procédure de destitution de Dilma Roussef).

Sur le marché des changes, l'euro poursuit sa progression au-delà de 1,1515$ et le repli du Dollar n'est cette fois d'aucun soutien pour le baril qui rechute de -2,75% sous les 45$ (vers 44,7$ sur le NYMEX).

Le CAC40 est soutenu par un trio formé d'Orange (+2,2%) puis Vivendi et Airbus (qui prennent +1,8% en moyenne).

Les valeurs pétrolières et parapétrolières subissent de lourdes prises de profit: Maurel & Prom (-7%), CGG (-6,2%) et Vallourec (-5,7%).

Air France-KLM s'adjugeait 0,5% à près de 7,88 euros après la nomination de Jean-Marc Janaillac, l'ancien patron de Transdev, au poste de PDG du groupe après le départ d'Alexandre de Juniac.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant