Paris: rebond limité mais rassurant après Bouygues/Orange.

le
0

(CercleFinance.com) - Paris termine en tête du peloton des places européennes, à égalité avec Bruxelles (+0,55%), sur le palier des 4.445Pts qui peut être considéré comme un point pivot technique important.

Les volumes sont demeurés très faibles avec à peine 2,5MsdE échangés à 17H29 et 3MsdE à 17H35.

Le CAC40 a fluctué entre 4.478 au plus haut vers 13H et 4.432 (vers 15H35) et devance le FT100 ou le DAX de Francfort (+0,3%), et loin devant Madrid ou Milan (-0,1 et -0,77%), et ce, malgré les lourdes chutes enregistrées par les opérateurs télécoms.

Le secteur dévisse après l'échec du rachat de Bouygues Telecom par Orange (au bout du bout du suspens).

Après l'échec, vient le temps des règlements de compte et de la recherche des responsabilités: une partie de ping-pong semble s'engager entre Iliad (Free), Bouygues et Orange (qui déclare passer à autre chose et travaille à se développer ailleurs en Europe et en Afrique).

A Wall Street, les pertes de la matinée sont désormais effacées : le 'S&P', le 'Dow' et le Nasdaq sont à l'équilibre à mi-séance.

Pas de mouvement d'humeur suite au recul des commandes à l'industrie US, annoncées en baisse de -1,7% en février tandis que les commandes de biens durables ont été révisées à -3% contre -2,8% initialement.

L'euro se traite actuellement autour de 1,1395 dollar et se maintient autour d'un plus haut de 6 mois, la faiblesse du billet vert se double d'un fléchissement des cours du pétrole (-0,6% à 36,6$ après -1% en début d'après-midi vers 36,4$).

Le pétrole se tient plutôt bien alors que la Russie annonce que sa production vient d'atteindre un nouveau record historique et la production de l'Iran se hisse au-delà des 2Mns barils/jour pour la 1ère fois depuis de nombreuses années.

Côté 'stats' européennes, Eurostat a fait état en fin de matinée d'un recul de 0,1 point du taux de chômage de la zone euro en rythme séquentiel à 10,3% en février.

Les prix à la production industrielle ont quant à eux diminué de 0,7% dans la zone euro et de 0,6% dans l'Union européenne, également selon les estimations d'Eurostat.

Concernant les valeurs, Bouygues, dégradé de toutes parts, accuse évidemment le coup et chute de -13,5% soit, de loin, la plus mauvaise performance de l'indice phare, Orange décrochant de -6%.

'C'est surtout une mauvaise nouvelle pour Bouygues', décrypte un analyste parisien, selon lequel 'une guerre des investissements, voire une guerre des prix, est d'ores et déjà actée, ce qui laisse augurer pour l'opérateur un flux trésorerie FCF de 0 pour les prochaines années'.

Iliad et Numericable-SFR qui espéraient tirer profit d'un nouveau paysage à 3 opérateurs dévissent de respectivement -15 et -18% (Iliad finit sous les 30E pour le première fois depuis le plancher du 9 février).

Autre baisse notable : Groupe Gorgé (-7,2%), délaissé ce lundi après la publication de comptes annuels décevants, avec notamment un recul de 38% du bénéfice net à 1,6 million d'euros.

Du côté des hausses, Sanofi grimpe en revanche de 4,4%. Le géant pharmaceutique a annoncé la cession de ses 4,76% du capital du japonais Nichi-Iko ainsi que le démarrage aux Philippines de la première campagne publique de vaccination contre la dengue (vaccin Dengvaxxia).

Lafarge se hisse en seconde position avec +3,5% et Publicis finit 3ème avec +2,25%.

Enfin, AB Science s'envole maintenant de +39,6% à 15,36E alors que l'analyse intérimaire pré-définie de l'étude de phase III randomisée, contrôlée et évaluant le masitinib dans le traitement de la sclérose latérale amyotrophique, a atteint son objectif principal.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant