Paris prône une lutte internationale contre la menace terroriste

le
1
DERNIER HOMMAGE À "CHARB"
DERNIER HOMMAGE À "CHARB"

PARIS (Reuters) - La France a réaffirmé vendredi sa détermination à poursuivre à l'échelle internationale sa lutte contre la menace terroriste, une semaine après l'épisode sanglant des attaques djihadistes de Paris et de la région parisienne.

Paris et Bruxelles ont indiqué qu'il n'y avait a priori pas de "lien direct" entre les attaques de la semaine dernière, qui ont fait 17 morts, et l'opération antiterroriste belge menée jeudi soir qui a fait deux morts dans les milieux islamistes.

"La France sort de cette épreuve avec une détermination intacte à agir au plan international", a déclaré François Hollande lors de ses voeux au corps diplomatique. "Notre réponse doit être ferme, elle ne peut être que collective".

Plus de 3.000 soldats français sont mobilisés dans le cadre de l'opération antiterroriste Barkhane dans la bande sahélo-saharienne, auxquels s'ajoutent quelque 800 soldats français engagés dans l'opération Chammal de lutte contre l'organisation Etat islamique en Irak.

Evoquée jeudi au Sénat, la lutte contre le terrorisme a été au coeur de l'entretien entre François Hollande et le chef de la diplomatie américaine John Kerry qui "sont convenus de poursuivre le renforcement de la coopération bilatérale" en la matière, selon l'Elysée.

Quelques jours après la "marche républicaine" marquée par l'absence d'un représentant américain, John Kerry est venu présenter ses condoléances à une France encore secouée par les attaques à Charlie Hebdo, à Montrouge (Hauts-de-Seine) et dans une épicerie casher la semaine dernière.

"Je pense que vous savez que le peuple américain vous présente ses très sincères condoléances et je sais que vous savez combien nous partageons la souffrance et l'horreur que vous avez vécues", a-t-il déclaré.

LARMES

A Pontoise (Val d'Oise), ce sont plusieurs centaines de personnes, anonymes comme dirigeants politiques, qui sont venues rendre hommage à Stéphane Charbonnier, dit Charb, tué la semaine dernière lors de l'attaque du siège de Charlie Hebdo à Paris par les frères Chérif et Saïd Kouachi.

"Le silence fait un bruit assourdissant et le vide est encombrant", a déclaré Patrick Pelloux, médecin urgentiste et chroniqueur à Charlie Hebdo. "Les enfants vous êtes devenus plus grands, ces jours-ci, et vous devez apprendre le goût des autres et de l'humain", a-t-il ajouté.

Sur le plan judiciaire, douze personnes ont été interpellées dans la nuit de jeudi à vendredi dans la région parisienne dans le cadre de l'enquête sur les attentats, selon le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

Ces personnes, huit hommes et quatre femmes, interpellées en Essonne, dans les Hauts-de-Seine et en Seine-Saint-Denis pour un éventuel "soutien logistique" aux tueurs, ont été placées en garde à vue, a-t-on précisé de source judiciaire.

Les enquêteurs français recherchent toujours un ou plusieurs complices d'Amedy Coulibaly, qui a tué une policière à Montrouge et quatre juifs à Paris, après la diffusion d'une vidéo de revendication montée et envoyée sur les réseaux sociaux après sa mort lors de l'assaut des forces de l'ordre.

EXTRADITION

Deux personnes ont été arrêtées vendredi en France dans le cadre de l'enquête ouverte sur une cellule islamiste au lendemain de l'opération antiterroriste menée dans l'est de la Belgique à Verviers. Bruxelles a demandé à ce que ces deux personnes lui soient remises.

A Verviers, ce sont quatre kalachnikov, quatre armes de poing, des explosifs et des uniformes de policiers qui ont été saisis.

"L'enquête a permis de déterminer que le groupe était sur le point de commettre des attentats terroristes dans le but de tuer des policiers sur la voie publique et dans des commissariats", a indiqué un substitut de procureur.

En France, l'alerte attentat du dispositif VigiPirate reste en vigueur à Paris et en Ile-de-France.

Quelque 122.000 policiers, gendarmes et militaires sont déployés sur le territoire pour assurer la protection des points sensibles et l'espace public.

Depuis les attentats, 114 propos ou agissements racistes et antisémites faisant l'apologie du terrorisme ont été recensés, selon la ministre de la Justice Christiane Taubira.

Dans une circulaire publiée mercredi, la garde des Sceaux a demandé aux procureurs de la République de faire preuve d'une "extrême réactivité dans la conduite de l'action publique" envers les auteurs de ce type d'actes.

Les caricatures de Charlie Hebdo ont provoqué vendredi de nouvelles manifestations de colère des mulsumans, notamment au Pakistan et au Niger, où des églises ont été brûlées.

(Service France, édité par Marine Pennetier et Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.e.s.t. le vendredi 16 jan 2015 à 19:05

    Mme Taubira on demande d'abord de la sévérité, la réactivité fait partie des nécessités de l'action publique!