Paris promet son aide pour retrouver l'argent "volé" par Ben Ali

le
0
LE PRÉSIDENT TUNISIEN REÇU À L'ÉLYSÉE
LE PRÉSIDENT TUNISIEN REÇU À L'ÉLYSÉE

PARIS (Reuters) - La France apportera son aide technique afin d'aider la Tunisie à retrouver l'argent qu'il lui aurait été "volé" par l'ancien président Zine ben Ali, a promis mardi François Hollande à son homologue tunisien en visite à Paris.

Déposé lors du "printemps arabe", Zine ben Ali a fait savoir lundi par son avocat qu'il était prêt à restituer à son pays tous les avoirs se trouvant sur ses comptes bancaires en Suisse, d'un montant total estimé à plus de 8 millions d'euros.

"J'ai été très surpris par la proposition de Ben Ali de nous rétrocéder une partie (de sa fortune) car nous voulons le tout. Nous estimons que ce que cet homme et sa famille ont volé se chiffre en milliards de dollars", a déclaré le président tunisien Moncef Marzouki, lors d'une conférence de presse à l'Elysée.

Avant de s'enfuir en Arabie saoudite, le 14 janvier 2011, après plusieurs semaines de révolte populaire, Ben Ali et sa famille ont disséminé à l'étranger de nombreux capitaux que le gouvernement tunisien cherche maintenant à récupérer.

Se félicitant que Zine ben Ali ne dispose "d'aucune complicité en France", le président de la jeune démocratie a fait appel à l'aide des "détectives financiers" français.

"Ce que nous avons demandé à nos amis français, c'est qu'ils puissent nous aider avec leur technicité à repérer la façon dont cet argent s'est évaporé", a-t-il encore expliqué, une demande entendue par François Hollande.

"Sur la question de la technicité, nous mettrons tout en oeuvre pour qu'il y ait effectivement tous les moyens qui soient mis à disposition de la Tunisie pour retrouver l'argent qui a été capté, volé", a répondu le président français.

"Les dictateurs, en tout cas celui-là, n'a pas mis ses économies dans les banques françaises avec son nom et sur des dépôts rémunérés", a-t-il expliqué.

"Nous avons quelques millions d'euros sur lesquels nous pouvons agir et pour le reste nous mettrons toutes les compétences qui sont grandes chez nous pour que nous puissions aider la Tunisie à retrouver ce dont elle a été privée."

En mai, le ministre tunisien de la Justice avait confié à Reuters qu'il s'attendait à remettre d'abord la main sur les avoirs placés en Suisse et au Liban.

Le Liban a ainsi dit qu'il allait renvoyer environ 35 millions d'euros appartenant à Leïla Trabelsi, l'épouse du président déchu. Il y a un an, la Suisse a annoncé avoir trouvé 50 millions d'euros liés à Ben Ali et gelé le compte correspondant.

Julien Ponthus avec Lin Noueihed à Tunis, édité par Henri-Pierre André

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux