Paris pousse ses pions dans l'internationalisation du yuan

le
0

PARIS/PEKIN, 15 septembre (Reuters) - Paris a conforté lundi son statut de compagnon de route dans l'internationalisation du yuan, qui attise bien des convoitises, avec quatre annonces à l'occasion du deuxième Dialogue économique et financier de haut niveau franco-chinois. Bank of China (BoC) a ainsi été désignée comme banque de règlement sur le renminbi à Paris, tandis que BNP Paribas Investment Partners et Carmignac Gestion ont obtenu une licence pour investir en renminbi sur le marché chinois. Dans le même temps, Euronext a annoncé la première cotation sur son marché réglementé d'une émission obligataire en renminbi, émise le 8 juillet par le groupe BoC pour le compte de sa succursale française, d'un montant de 2 milliards de yuans (250 millions d'euros). Euronext et BoC ont par ailleurs signé un accord de coopération stratégique visant notamment à faciliter la cotation d'entreprises chinoises sur Euronext. La Banque de France a salué dans un communiqué la désignation de Bank of China par la banque centrale chinoise : "elle est une étape importante vers la mise en place d'un système de règlement et de clearing du RMB à Paris, objectif sur lequel la Place de Paris est mobilisée depuis plusieurs mois". Les licences RQFII (investisseur institutionnel étranger qualifié en renminbi) de BNP Paribas IP et Carmignac Gestion sont les premières délivrées à des acteurs français. "Il y en aura d'autres", a précisé le ministre français des Finances, Michel Sapin, lors d'un point de presse avec le vice-premier ministre chinois, Ma Kai, à Paris. BNP Paribas IP a souligné dans un communiqué que "les investisseurs manifestent un intérêt grandissant pour les marchés onshore chinois, notamment le segment obligataire". La Chine a attribué un quota RQFII de 80 milliards de renminbis aux investisseurs institutionnels français, un montant appelé à augmenter. "La Chine a donné son accord pour augmenter le quota RQFII français, le moment venu, au regard du développement du marché et de la demande en investissement", lit-on dans la déclaration conjointe publiée lundi. "Nous serons heureux de voir si en cas de besoin nous pouvons accroître le quota de 80 milliards de yuans accordé à la France", a déclaré Ma Kai lors du point de presse. Selon Michel Sapin, 44% des paiements entre la France et la Chine et Hong-Kong sont effectués en renminbi contre 20% en 2012. Pour le Royaume-Uni, cette proportion est de 40%. Le montant des dépôts bancaires en renminbi à Paris s'élève à 20 milliards (2,5 milliards d'euros), dont un volume non négligeable provient de transactions entre la Chine et l'Afrique. Paris se classe ainsi au deuxième rang en Europe, derrière le Luxembourg, souligne-t-on au ministère français des Finances. (Jean-Baptiste Vey et Ingrid Melander, édité par Marc Joanny)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant