Paris plaidera pour l'Europe de la défense après le référendum GB

le
1
    PARIS, 15 juin (Reuters) - Quel que soit le résultat de la 
consultation du 23 juin sur le maintien ou non du Royaume-Uni 
dans l'Union européenne, la France fera des propositions pour 
relancer l'Europe de la défense et de la sécurité, a déclaré 
mercredi François Hollande.  
    Deux jours après une attaque qualifiée de terroriste contre 
un couple de policiers, le président français a redit l'urgence 
de lutter contre le terrorisme "à l'échelle la plus grande, donc 
aussi à l'échelle européenne".  
    Cette idée dominera les propositions que Paris souhaite 
faire pour relancer le projet européen au lendemain du 
référendum britannique, dont le résultat est incertain selon les 
derniers sondages d'opinion qui prédisent un "Brexit".   
    "En ce qui concerne la France, et quelle que soit la réponse 
que feront les Britanniques le 23 juin, la France fera des 
propositions pour que l'Europe aille plus loin pour sa sécurité, 
sa protection, sa défense", a-t-il déclaré à l'Elysée aux côtés 
du Premier ministre finlandais, Juha Sipilä.  
    France et Finlande ont la "volonté de faire de l'Europe de 
la défense l'un de nos enjeux pour la relance même du projet 
européen et pour faire en sorte que nous puissions nous 
organiser davantage qu'aujourd'hui, assurer la meilleure 
sécurité pour nos concitoyens", a ajouté François Hollande. 
    Dans une déclaration commune, les deux pays considèrent que 
défense et sécurité "ont le potentiel de devenir des moteurs de 
l'intégration européenne" et demandent au Conseil européen de 
"fournir des orientations pour améliorer l'efficacité et les 
capacités de la dimension militaire de l'Union".  
   La Commission européenne est aussi interpellée, à l'approche 
de la publication de son plan d'action en la matière, prévu à la 
fin de l'année. Il lui est notamment demandé d'"améliorer le 
lien entre la défense et les autres politiques de l'UE comme le 
marché intérieur, l'industrie ou l'espace". 
    A un mois du sommet de l'Alliance atlantique des 8 et 9 
juillet à Varsovie, France et Finlande soulignent aussi que "si 
l'Otan reste la pierre angulaire de la défense collective, l'UE 
doit accroître son rôle de garant de la sécurité de la défense, 
à l'intérieur comme à l'extérieur de l'Europe, notamment par une 
approche plus stratégique de ses relations avec l'Otan."    
 
 (Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le mercredi 15 juin 2016 à 18:04

    "L'OTAN la pierre angulaire de la défense collective"! Je t'en fiche, l'OTAN nous expose, elle ne nous protège aucunement. Elle nous met en conflit avec la Russie, notre partenaire traditionnel. Discours éhonté.