Paris: pertes réduites malgré les craintes sur Deutsche Bank

le
0

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris réduit sensiblement ses pertes et ne cède plus que -1% (à 4.399 points) à 15h, contre -2% dès les premiers échanges. Cela ramène la perte hebdomadaire à environ 2%.

Le CAC40 s'est enfoncé jusque vers 4.342 points, perdant 100 points par rapport à la clôture de jeudi alors que Deutsche Bank dévissait de 9%, sous le seuil des 10 euros au bout d'un quart d'heure de cotations.

Les 'pompiers' du marché ont été rapidement mobilisés pour endiguer la débâcle et le cours Deutsche Bank s'est lentement redressé de 9,90 euros jusque vers 10,4 euros, avec 32 millions de titres échangés, soit près de 2,5% du capital. Peu importe le coût de ce ramassage, il est indispensable pour éviter un vent de panique et un 'bank run'.

Ailleurs en Europe, Londres ne cède plus que 0,7%, Francfort 0,5%, Madrid 1,3% et Milan 0,9%.

D'après des informations de marché, une dizaine de 'hedge funds' clients de la banque allemande commenceraient à réduire leurs dépôts de garantie, un phénomène qui rappelle certains épisodes de la crise de 2008. Le 'levier' (ratio fonds propres/encours de prêts) est supérieur à 36 contre 32 pour Lehman à la veille de sa faillite. Les encours (notionnels) de dérivés sont par ailleurs 10 fois plus importants que Lehman.

'Voilà enfin un sujet dont il faut se soucier', souligne aujourd'hui Scott J. Brown, l'économiste en chef de Raymond James, qui se demande 'jusqu'où le problème des banques allemandes peut aller'. 'Difficile à dire, mais les craintes d'un effet boule de neige existent', ajoute-t-il.

'Comme nous l'avons constaté lors de la crise financière, plus les investisseurs retirent leurs billes, plus les banques doivent se démener pour trouver des capitaux', rappelle enfin l'analyste.

Aux Etats Unis, les dépenses des ménage sont ressorties inchangées au mois d'août, les revenus ayant quant à eux augmenté de 0,2%. On attend maintenant le PMI de Chicago et l'indice de confiance du Michigan.

Wall Street est anticipé en repli de 0,3%, c'est un moindre mal car le VIX a fait ce matin une poussée jusque vers 15 (soit +20% en l'espace de 24 heures).

A Paris, BNP Paribas (-2,3%), Crédit Agricole (-2,6%) et Société Générale (-3%) accusent sans surprise les plus fortes baisses de l'indice CAC 40 dans ce contexte de brusque aversion pour le risque.

L'indice Euro STOXX Optimised Banks affiche une chute de l'ordre de 2,5% à la mi-journée (contre -4% ce matin), mais le repli des marchés d'actions est généralisé, pas un seul indice sectoriel pointant dans le vert à mi-séance.

A noter également les reculs de respectivement 2,4 et 2,3% d'EDF et Altran ainsi que la baisse de 3,7% du titre Elis, victime d'un 'warning' de la part de... Deutsche bank.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant