Paris: pertes creusées dans le sillage de Wall Street.

le
0

(CercleFinance.com) - Pénalisé par la rechute des cours du pétrole et par des inquiétudes concernant le système bancaire européen, la Bourse de Paris évolue en net repli ce mercredi.

A environ 1h30 de la cloche, le CAC 40 dévisse de 2,6% environ à 4.128 points. La Bourse de Paris poursuit ainsi sa consolidation amorcée la veille après un redressement de plus de 10% en 8 séances et creuse même ses pertes dans le sillage de Wall Street, qui a ouvert en forte baisse.

Les analystes techniques estimaient ce matin que le premier support des 4.230 points étant désormais cassé, le CAC pourrait désormais retomber à 4.140 points, sa moyenne mobile à quinze jours, voire revenir vers les 4.000 points.

'La tendance à court terme reste à la consolidation', résumaient les équipes de Barclays Bourse ce matin.

Au chapitre des indicateurs, le Département du Commerce n'a comptabilisé que 494.000 ventes de logements neufs en rythme annualisé en janvier 2016 aux Etats-Unis, après 544.000 en décembre 2015 (chiffre non révisé). Le consensus était moins pessimiste, pariant sur un recul autour de 523.000.

Sur le front des valeurs, Peugeot poursuit son parcours chaotique ce mercredi et regagne 0,9%, soit l'unique hausse de l'indice phare. Le constructeur automobile a annoncé ce matin avoir dépassé tous ses objectifs en 2015, notamment en triplant son résultat opérationnel courant et en générant 3,8 milliards d'euros de 'free cash flow' opérationnel. Peugeot, qui a finalisé en avance son plan de reconstruction économique, présentera par ailleurs le 5 avril prochain un nouveau plan stratégique de croissance rentable. Et si le groupe n'envisage pas de verser de dividende au titre de l'exercice 2015, il a toutefois indiqué qu'une politique de dividende 'en ligne avec celles du secteur' sera présentée à partir de l'exercice 2016.

De son côté, Airbus Group lâche 3,1% en dépit de comptes annuels solides, avec notamment une progression de 15% du bénéfice net à près de 2,7 milliards d'euros. L'avionneur européen pâtit de perspectives prudentes au titre de 2016, avant fusions et acquisitions, avec un Ebit, un bénéfice par action (avant éléments non récurrents) et un flux de trésorerie disponible stables par rapport à 2015.

Le titre Bouygues (-0,2%) limite davantage les dégâts alors que le groupe diversifié a fait état ce matin d'un bénéfice net part du groupe de 489 millions d'euros hors éléments exceptionnels, stable par rapport à 2014 par-delà la baisse de 115 millions d'euros de la contribution nette d'Alstom. La profitabilité est en outre attendue en hausse au titre de l'exercice en cours.

Enfin, Atos (+3,2%) évolue nettement à rebours de la tendance après l'annonce d'un bénéfice net part du groupe en hausse de 53% à 406 millions d'euros.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant