Paris: pénalisé par le repli du pétrole de -4,5%.

le
0

(CercleFinance.com) - L'évolution du CAC40 s'est figée depuis 11H ce matin au sein d'un corridor 4.495/4.520... mais avec un affaiblissement progressifs qui ramène la moyenne des échanges au voisinage des 4.500/4.510Pts à Paris (soit +0,25%).

Les places européennes avaient réalisé une entame de semaine canon, dans le droit fil du rallye haussier de la fin de semaine, rajoutant rapidement +1% aux +3,3% engrangés vendredi.

Une véritable euphorie initiale avait propulsé le DAX30 au-delà des 10.000Pts alors que Francfort semblait fêter le lourd revers électoral d'Angela Merkel par une envolée de +2% (ramenée à +1,5% désormais): les opérateurs semblent parier sur l'émergence d'une vaste coalition des 2 grandes formations 'démocrates' pour contrer la montée de l'extrême droite, figeant le pays un statu quo qui conviendrait très bien au marché (pas de hausses de salaires, pas de correction des inégalités au détriment de la profitabilité des entreprises).

L'optimisme initial est tempéré par la rechute du pétrole (-4,3% sous les 36,5$ sur le NYMEX) puis la lourdeur de Wall Street qui évolue en territoire légèrement négatif (le Nasdaq et le Dow Jones s'effritent de -0,05%, le 'S&P' de -0,22%).

Les raisons de rester 'bullish' demeurent liées à la logique des 'flux' : 'Il faut intégrer l'action de la BCE, et sa volonté est d'agir un maximum sur la baisse des rendements des actifs les moins risqués pour inciter les investisseurs à aller chercher du rendement sur des actifs plus risqués où la demande reste faible', décrypte-t-on chez Barclays Bourse.

Unique donnée macroéconomique notable du jour, la production industrielle s'est inscrite en hausse de 2,1% dans la zone euro en janvier comparé à décembre 2015, après un recul de 0,5% entre novembre et décembre.

En Chine, la production industrielle ne croît plus qu'à un rythme de +5,4%/an, le plus faible depuis novembre 2008.

Du côté des valeurs, Accor reste leader du CAC avec +3,1% (le groupe d'assurances chinois Anbang envisage d'acquérir la chaîne américaine d'hôtels Starwood). Carrefour lui conteste le leadership avec +3%, la croissance en Asie reste robuste malgré le tassement des ventes de détail en Chine.

Côté repli, Safran (-6,7%) déçoit les opérateurs avec son plan 2016/2020 qui prévoit une marge de 14% jugée un peu faible.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant