Paris obtient un nouveau délai pour ramener son déficit sous 3%

le
7
L'ECOFIN VALIDE LE NOUVEAU DÉLAI ACCORDÉ À PARIS POUR UN DÉFICIT SOUS LES 3%
L'ECOFIN VALIDE LE NOUVEAU DÉLAI ACCORDÉ À PARIS POUR UN DÉFICIT SOUS LES 3%

BRUXELLES (Reuters) - Les ministres des Finances de l'Union européenne, réunis mardi à Bruxelles, ont validé une nouvelle extension de deux ans du délai accordé à la France pour ramener son déficit public sous la limite des 3% de son produit intérieur brut, a annoncé un responsable européen.

Paris a désormais jusqu'en 2017 pour respecter la norme européenne, conformément aux recommandations formulées par la Commission européenne le mois dernier.

"L'extension de deux ans de la procédure de réduction du déficit de la France a été approuvée", a déclaré le responsable européen.

C'est la troisième fois depuis 2009 que la deuxième puissance économique de la zone euro obtient un sursis.

Dans ses préconisations, rendues publiques le 25 février, la Commission européenne avait proposé de repousser la date butoir de 2015 à 2017 en exigeant du gouvernement français davantage d'efforts de réduction du déficit public du pays.

Ce nouveau report n'est pas allé de soi, suscitant quelques grincements de dents parmi les partenaires européens de la France et jusque dans les rangs de la Commission.

Michel Sapin, le ministre français des Finances, a dit comprendre l'énervement de certains responsables européens mais expliqué qu'une réduction plus rapide du déficit aurait eu des conséquences graves pour toute la zone euro.

Au cours d'une réunion largement consacrée à la situation grecque, les ministres des Finances de la seule zone euro ont discuté lundi soir à Bruxelles de la recommandation de la Commission et du respect des règles budgétaires communautaires.

"Il y a eu un débat général au cours duquel ont été évoquées la rigueur et la souplesse (des règles), pas spécifiquement sur un pays particulier mais davantage en termes généraux", a rapporté le président de l'Eurogroupe, le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem.

Dans un communiqué diffusé à l'issue de cette réunion, les ministres des Finances de l'Eurogroupe ont appelé la France à en faire davantage pour se conformer aux règles budgétaires et ont repris à leur compte l'exigence d'un effort additionnel équivalent à 0,2% du PIB que la Commission attend de la France pour 2015.

(Jan Strupczewski; Henri-Pierre André et Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1084720 le mardi 10 mar 2015 à 15:05

    Un bon plan pour nos politiques pour ne surtout rien changer!

  • benoitdh le mardi 10 mar 2015 à 14:24

    A quand l'impôt sur l'esprit pour réduire nos déficits. Les socialistes sont capables de le mettre en place mais aucun ne le paiera

  • EuropeGa le mardi 10 mar 2015 à 14:11

    Je dis merci à Bruxelles de nous avoir accordé ce nouveau délai. En effet, pourquoi faire souffrir les français encore plus qu'ils ne souffrent déjà ? N'y a-t-il pas suffisamment d'agriculteurs en détresse dont certains vont même jusqu'au suicide ? N'y a-t-il pas suffisamment d'usines qui ferment dans notre pays ? N'y a-t-il pas suffisamment de malades qui ne peuvent même plus se payer des soins ? C'est le troisième délai accordé à la France, d'accord ! Et alors ?

  • EuropeGa le mardi 10 mar 2015 à 13:57

    C'est une bonne chose d'avoir obtenu ce nouveau délai. En effet, je trouve que nous payons déjà suffisamment d'impôts, que les prestations sociales sont sans cesse réduites, que le nombre de chômeurs augmente chaque jour, que les crédits pour les hôpitaux vont encore être réduits, etc.etc. Alors, l'austérité, ça suffit !

  • M8051101 le mardi 10 mar 2015 à 13:51

    Il n'est pas possible de réduire le déficit quand dans le même temps le gouvernement fait tout que l'économie se rétracte (hausse des charges, des taxes et des impôts), et que la BCE refuse de laisser l'inflation glisser vers les 2%. Il faut comprendre une bonne fois pour toutes que les débiteurs comme l'état Français ont intérêt à ce qu'il y ait un peu d'inflation. Malheureusement, la perte de notre souveraineté monétaire fait que nous sommes à la merci de Bruxelles et de la BCE.

  • M8252219 le mardi 10 mar 2015 à 13:46

    De nouvelles promesses mais pas de réformes structurelles TVA SOCIALE:RÉDUCTION DE PARLEMENTAIRES :/FISCALISATION ET PLAFONNEMENT DE LEURS REVENUS ET AVANTAGES:MOITIÉ DU NOMBRE DES PARLEMENTAIRES :/FISCALISATION ET PLAFONNEMENT DE LEURS REVENUS ET AVANTAGES: RÉDUCTION DU NOMBRE DES FONCTIONNAIRES ADMINISTRATIFS.SUPPRESSION DES STATUTS SPÉCIAUX.RETOUR AUX 39H PAYÉES 35 POUR TOUS: 3 JOURS DE DÉLAIS DE CARENCE EN ARRÊT MALADIE,POUR TOUS:RETRAITE À 65 ANS POUR TOUS

  • nestotor le mardi 10 mar 2015 à 13:46

    c'est pas un cadeau qu'ils nous font là.

Partenaires Taux