Paris : NKM répond à Buisson qui la juge «la meilleure pour perdre»

le
2
Paris : NKM répond à Buisson qui la juge «la meilleure pour perdre»
Paris : NKM répond à Buisson qui la juge «la meilleure pour perdre»

Il est loin le temps où Nathalie Kosciusko-Morizet s'entretenait avec Patrick Buisson pour évoquer ses ambitions personnelles, comme le rappelle ce matin Le Parisien - Aujourd'hui en France. Entre eux, c'est la guerre, et NKM vient de répondre à la dernière salve de l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, peu après sa victoire à la primaire à Paris. Au micro de France Inter, mercredi matin, la candidate UMP a pointé ceux «qui n'aiment pas la démocratie», commentant les critiques lancées contre elle par Patrick Buisson dans L'Express.

«Je m'étonne qu'à l'issue d'un processus démocratique, certains aient comme première réaction de dire: ce n'est pas celui qu'il fallait», a-t-elle rétorqué. «Quand on y réfléchit, ce n'est pas très étonnant. Il y a des gens qui sont d'une tradition politique qui n'aime pas la démocratie», a-t-elle poursuivi, visant clairement l'ancien dirigeant du journal d'extrême-droite Minute, chantre de l'idéologie maurassienne.

NKM «trop mariage gay»

Dans L'Express, ce dernier avait gratifié NKM de «la meilleure pour perdre» car trop «clivante, trop bling bling», «trop mariage gay». Pendant la campagne, la candidate à la mairie de Paris avait déjà pointé du doigt Patrick Buisson, fortement soupçonné d'être derrière la charge de Guillaume Peltier : le leader du courant la Droite Forte à l'UMP avait appelé à voter contre elle en raison de ses positions progressistes sur le mariage homosexuel. Buisson avait en sous-main soutenu Pierre-Yves Bournazel, le benjamin de la compétition, qui a obtenu 10% des voix et fini en troisième position.

A l'origine de leur désamour : la dernière campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Celle qui était alors la porte-parole du candidat-président avait vivement critiqué la stratégie de Patrick Buisson, jugeant que son objectif «n'était pas de faire gagner Nicolas Sarkozy, il était de faire gagner Charles Maurras.» Une sortie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • manx750 le mercredi 5 juin 2013 à 17:11

    Quimporte le flacon pourvu qu'on est l'ivresse ! Cesser de se bouffer le nez et partir chasser sur des terres en friches dans la capitale exsnague sous les impots à venir avec l'ardoise enorme que la gauche va laisser (Cf Cour des comptes) recrutement de 10 000 fonctionnaires en plus en DIX ans par Delanoe et sa clique de profieteurs bobos !

  • M156470 le mercredi 5 juin 2013 à 14:38

    FITTOTO --Je partage pas l'opinion de NKM pour le MPT mais néanmoins, elle est le plus amblèmatique représentante de la Droite apte à mettre un terme à l'égémonie socialiste à Paris. Il est temps que cela change et pour reprendre les propres termes de la gauche lorsqu'elle aspirait reprendre la Présidence de la France : "C'est notre tour"...