Paris ne veut pas de Bachar al Assad à la conférence de Genève

le
1
PARIS NE VEUT PAS DE BACHAR AL ASSAD À LA CONFÉRENCE DE GENÈVE
PARIS NE VEUT PAS DE BACHAR AL ASSAD À LA CONFÉRENCE DE GENÈVE

PARIS (Reuters) - La France n'entend pas convier le dirigeant syrien, Bachar al Assad, à la future conférence internationale sur le conflit en Syrie, a déclaré jeudi François Hollande.

Le chef de la diplomatie américaine, John Kerry, a appelé mardi le président syrien à saisir l'occasion de cette conférence pour entrer en négociation avec la rébellion.

"Telle n'est pas mon intention", a déclaré le président français lors d'une conférence de presse, alors qu'un journaliste lui demandait s'il inviterait Bachar al Assad.

François Hollande a insisté pour que la conférence, à l'initiative de Washington et Moscou, se fasse "avec l'ensemble de la communauté internationale, notamment la France qui a été à l'initiative.

Cette réunion "pourrait permettre d'avoir un dialogue direct entre des représentants du régime d'Assad et l'opposition", a-t-il estimé.

"Nous pensons que ça peut être un bon cadre, mais ça ne peut pas être simplement traité à deux pays, et d'ailleurs ni les Etats-Unis ni la Russie ne l'imaginent", a dit François Hollande. "Nous n'avons jamais considéré que nous devons écarter les autres".

Dans la soirée, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a rencontré au Quai d'Orsay Lakhdar Brahimi, représentant des Nations Unies et de la Ligue Arabe pour la Syrie.

"La France s'engage pleinement dans la préparation" de la conférence internationale "qu'elle appelle de ses voeux depuis plusieurs mois", a précisé le porte-parole du ministère.

"Dans ce contexte, la France poursuivra son dialogue étroit avec l'ensemble de ses partenaires pour que cette conférence ouvre la voie à une solution politique viable", a-t-il ajouté.

Si l'idée aboutit, la conférence internationale, à laquelle participeraient des représentants de Damas et de l'opposition syrienne, devrait se tenir en juin à Genève.

Sophie Louet, Yves Clarisse et Guy Kerivel

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7523987 le vendredi 17 mai 2013 à 00:10

    Je ne comprend pas bien les termes de ce texte : on parle d'initiative de Washington et Moscou et deux lignes suivantes d'initiative de F.H.. Je pense que les réelles initiatives sont les deux premières.