Paris ne tourne plus rond

le
0
Paris ne tourne plus rond
Paris ne tourne plus rond

Il est impossible de juger un entraîneur au bout de quatre matchs de Ligue 1, cinq avec le Trophée des champions. Impossible de dire si sa méthode va marcher ni quand. Pour le confort d'Unai Emery, le plus tôt sera le mieux, mais dresser un bilan avant le 1 er octobre et la réception de Bordeaux n'a pas de sens. Paris aura alors disputé onze rencontres dont deux de Ligue des champions, en partie suffisant pour prendre le pouls de ce nouveau PSG. L'entraîneur n'est évidemment pas menacé. Au club, on a conscience qu'il lui faut du temps pour réussir.

 

Emery, le style invisible

 

En revanche, son travail, ses choix, son coaching, ses compositions s'analysent. Force est de constater que, pour l'instant, peu comprennent ce qu'il tente de mettre en place. Il n'y a aucun fil conducteur chez lui. Personne ne sait dans quel système il veut installer son équipe, multipliant les animations. On ne connaît pas non plus sa hiérarchie. Le Basque s'est pris les pieds dans le tapis dès le mois d'août à Bastia, déclarant après la rencontre que chez les gardiens, entre Trapp et Areola, « il n'y a pas de n° 1 et de n° 2 ».

 

Thiago Silva, Marquinhos, Aurier, Verratti, Di Maria et Cavani s'imaginent dans le confort de titulaires indiscutables. Pour le reste, c'est flou. Matuidi s'est longtemps demandé pourquoi il ne commençait pas une partie. Rabiot a cru qu'il avait gagné sa place avant d'être placé sur le banc contre Saint-Etienne. La gestion de Ben Arfa interpelle. « Tu as réussi une saison formidable avec Nice. Tu vas marquer 25 buts cette saison avec le PSG », lui a confié Emery au moment de sa signature. Depuis, il ne cesse de le critiquer publiquement, l'inverse de ce qu'il convient de faire avec l'ancien Lyonnais, qui n'aura joué pour l'instant que 45 minutes à son poste depuis le début de saison, lors de la première période contre les Verts. Pendant ce temps-là, Emery encense Cavani et reste muet sur Lucas, de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant