Paris maintient la pression sur les islamistes au Mali

le
0
Depuis ce week-end, l'armée française a repris ses frappes aériennes dans le nord-est du pays.

Les grandes villes du nord du Mali ayant été reconquises, l'opération Serval est désormais entrée dans sa deuxième phase: empêcher les groupes armés islamistes de se réorganiser et libérer les otages. C'est en tout cas ce que laissent entendre les responsables français et ce que laisse deviner l'évolution de l'offensive militaire sur le terrain.

Depuis le week-end, d'intenses frappes aériennes sont en effet menées dans la région de Kidal, à l'extrême nord-est du pays, près de la frontière algérienne. Selon l'état-major à Paris, ces nouveaux bombardements visent à détruire les «dépôts logistiques et les centres d'entraînement» des groupes islamistes armés dans la région. Dans le désert du Sahel, la chasse à l'homme a désormais commencé. Mohamed Moussa Ag Mouhamed, le numéro trois d'Ansar Dine, considéré comme l'idéologue du mouvement islamiste à Tombouctou, aura...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant