Paris, les temps changent

le
0
Paris, les temps changent
Paris, les temps changent

Voilà, le PSG est en finale des deux coupes nationales, leader du championnat et en quart de finale de Ligue des champions face au Barça. Une chose qu'aucun club français n'avait encore fait jusqu'ici. Pourtant, avec un budget de 500 millions d'euros et des internationaux à tous les postes, le club était voué à vivre ce genre de fin de saison. Une normalité qui cache un travail du quotidien, sur et en dehors du terrain.

1995, 1998, 2015. C'est donc la troisième fois que le PSG se retrouve en finale des deux Coupes nationales. En 1995 et en 1998, ce doublé avait "sauvé" la saison du PSG. Cette saison, il n'en sera rien. Les deux finales, face à Bastia et Auxerre, sont des bonus. Des friandises que la direction basée à Doha voit malgré tout d'un bon œil. Un titre est un titre. Mais les deux Coupes sont, et resteront, des objectifs mineurs dans le cahier des charges de Laurent Blanc. Le Président avait une mission simple en début d'exercice : faire au moins aussi bien que l'an dernier. À savoir un quart de finale de Ligue des champions, un titre de champion et, pourquoi pas, une Coupe. Aujourd'hui, le PSG peut tout rafler dans une saison qui avait pourtant si mal commencée, puisque les Franciliens étaient derrière l'OM et l'OL au soir de Noël.

Mais voilà, quand on construit une équipe avec autant de talents et d'argent, il y a forcément un retour sur investissement. Face à Saint-Étienne, dans une équipe amputée au départ de David Luiz, Lucas, Thiago Motta, Maxwell, Sirigu, Matuidi, Cavani – soit sept titulaires potentiels -, les Parisiens se sont amusés d'une équipe cinquième de Ligue 1. Bon, quand on peut se permettre d'envoyer des seconds couteaux comme Lavezzi, Cabaye, Digne, Rabiot ou encore Van der Wiel au front, on est tout de suite plus serein. À l'exception de Nicolas Douchez, tous les Parisiens sont ou ont été internationaux, espoirs ou A. Lavezzi et Van der Wiel, pourtant deux tricards, ont disputé une finale de Coupe du monde. C'est la force d'un grand club : se payer des doublures onéreuses et expérimentées qui ne jouent que les matchs de Coupe. Alors oui, quand on a le luxe de pouvoir se payer des backups à CV, surtout en France, on peut plus facilement se frayer un chemin sur tous les tableaux. CQFD.
Le PSG réalise ce que tous les "gros" font chaque année
Au final, ce que fait le PSG n'a rien d'extraordinaire comparé aux gros voisins européens. Le Bayern, Manchester United, l'Ajax, la Juventus, le FC Barcelone ou encore le Real Madrid, tous ont, à un moment donné, fait des saisons historiques avec une chiée de titres à l'arrivée. C'est le lot des institutions. Cette fameuse culture de la gagne. Que le PSG, construit pour gagner, soit encore engagé sur tous les fronts en avril 2015 n'est pas si fou que ça. C'est à la fois logique et respectable d'un…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant