Paris: les rumeurs de 'tapering' bien digérées sauf par OAT.

le
0

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris a passé son après-midi à tenter -mais en vain- de se hisser au contact des 4.500: le CAC40 est parvenu à inscrire un zénith intraday de 4.499 avant de retomber légèrement sous le seuil des 4.490 (-0,3%).

La journée se termine bien mieux qu'elle n'avait commencé puisque le CAC40 affichait d'entrée de jeu -1% ce mercredi matin, en réaction à des rumeurs évoquant un retrait graduel ('tapering') des mesures d'assouplissement ('QE') de la Banque centrale européenne (BCE).

Des 'rumeurs' qui ont fait du dégât du côté des marchés obligataires, avec un Bund revenu en territoire positif (contre -0,045% la veille) tandis que les OAT se dégradaient de +8Pts (à 0,33% contre 0,25%... et 0,1% il y a 10 jours) et les BTP italiens de près de +10Pts de base à 1,36% (contre 1,18% vendredi dernier).

Après avoir signé cinq séances consécutives de hausse, l'indice CAC40 pouvait légitimement reprendre son souffle, c'est chose faite et l'essentiel des gains est préservé, dans des volumes qui demeurent modestes (3MdsE échangés).

Les chiffres US publiés cet après-midi aux Etats Unis ne suscitent pas l'euphorie: l'institut ADP a publié son enquête mensuelle sur les créations d'emplois dans le secteur privé et comptabilise +154.000 nouveaux jobs (c'est un peu faible mais conforme aux attentes).

Le déficit commercial s'est creusé de +3% à 40,7Mds$, c'est de l'épaisseur du trait mais cela déjoue l'anticipation d'une embellie.

L'ISM des 'services' américain, le baromètre de l'activité du secteur tertiaire grimpe en revanche vers 57,1, un plus haut depuis 2008, mais cela ne redonne pas de véritable coup de fouet à Wall Street: les indices US se sont rapidement figés à la hausse avec des gains de +0,6% à +0,7% qui sont exactement ceux que l'on observe à la mi-séance sur le Dow Jones et le Nasdaq (revenu à 0,2% de son record absolu vers 5.330Pts), le 'S&P' se contente de +0,5%.

Ailleurs en Europe, Londres rétrocède 0,6% tandis que Francfort s'effrite de -0,3%, Amsterdam perd -0,2% mais Milan affiche +1%.

Comme prévu, l'indice PMI final Markit composite de l'activité globale s'est replié de 52,9 en août à 52,6 dans la zone euro en septembre, confirmant ainsi son estimation 'flash'. En France, le PMI des 'services' est confirmé à 53,2 contre 52,2 en août.

Du côté des valeurs, si Vallourec domine le classement (+4,6%), les bancaires sont évidemment bien orientées dans l'optique de la fin de la politique ultra-accommodante de la BCE qui détruit les marges des établissements de crédit. BNP Paribas progresse de 3,4%, Sté Générale de +3,2% et Natixis gagne près de 2,8%... sans oublier AXA avec +3,3%, co-leader du CAC40.

Au sein de l'indice SBF 120, l'action SFR Group recule de 4,4% alors que l'Autorité des marchés financiers (AMF) a jugé 'non conforme' l'OPA d'Altice, le holding néerlandais du magnat des télécoms Patrick Drahi.

La perspective d'un 'tapering' et de lancement des procédures de 'Brexit' pèsent sur Eurotunnel (-4,5%).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant