Paris: les 4.400 points franchis après l'emploi américain.

le
0

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris évolue en territoire positif après les bons chiffres mensuels de l'emploi américain, principal indicateur de la semaine.

Peu avant 16h, le CAC 40 accroît ses gains et engrange un peu plus de 1,5% à 4.411 points. Il ramène ainsi sa perte hebdomadaire à 0,6%.

'Le support important des 4.320/4.300 points est toujours préservé et nous laisse dans une configuration haussière à court terme', estimaient ce matin les équipes de Barclays Bourse. Plus largement, bon nombre d'analystes techniques estimaient que le marché parisien pourrait retenter l'aventure en direction des 4.400 points en cas de bons chiffres de l'emploi américain.

Ils avaient vu juste, car la première économie mondiale a pour le deuxième mois d'affilée créé bien plus d'emplois qu'attendu en juillet. Le Département du Travail a en effet recensé 255.000 créations de postes non agricoles le mois dernier, alors que les économistes en anticipaient en moyenne 180.000. Le taux de chômage est quant à lui resté stable à 4,9%, conformément à ce que prévoyait le consensus.

Cet nouvelle témoigne de la bonne santé du marché de l'emploi américain et survient dans un contexte de regain d'incertitudes quant à l'économie mondiale cette semaine. Elle rassure les investisseurs, quand bien même elle serait potentiellement de nature à inciter la Fed à relever ses taux directeurs d'ici les semaines à venir.

Le déficit commercial s'est en revanche notablement accru en juin aux Etats-Unis, a rapporté le Département du Commerce. Il est en effet ressorti à 44,5 milliards de dollars, contre - 41 milliards le mois précédent (chiffre révisé de 41,1 milliards) et - 42,7 milliards visé par les économistes.

Enfin, de ce côté de l'Atlantique, les commandes à l'industrie se sont, elles, repliées de 0,4% ce même mois en Allemagne, alors que les économistes escomptaient au contraire une progression de 0,5%.

Sur le front des valeurs, Lafarge Group (+4,7%) domine toujours très nettement le CAC 40 à la faveur de l'annonce inattendue d'une hausse de la marge d'Ebitda à fin juin et de la reconduction des objectifs annuels.

Lanterne rouge du SBF 120, le titre Casino lâche quant à lui 1,7% sous le coup d'une dégradation de Morgan Stanley. A l'autre extrémité du palmarès, SFR Group grimpe de 5,9%. Le plan de restructuration de l'opérateur télécoms est manifestement bien accueilli par les intervenants.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant