Paris: léger recul avant la conférence de presse de Draghi.

le
0

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris est en léger retrait avant la conférence de presse de Mario Draghi.

Vers 13h40, le CAC 40 se replie en effet d'un peu plus de 0,4% à 4.572 points.

'Mario Draghi devrait chercher à mettre la pression sur la devise européenne face au dollar', anticipait-on ce matin chez Barclays Bourse.

'Nous nous intéresserons au programme d'achat d'obligations d'entreprises car l'institution de Francfort n'a pas beaucoup communiqué sur le sujet jusqu'à présent', ont confié pour leur part les équipes de XTB France, alors que la BCE a récemment étendu le spectre des titres de dette qu'elle peut racheter.

Pour autant, aucune annonce de mesure nouvelle n'est attendue, d'autant que le montant mensuel des rachats d'actifs obligataires a été relevé, début avril, de 60 à 80 milliards d'euros.

La monnaie unique reprend actuellement près de 0,2% face au dollar à 1,1323, tandis que le baril de brut léger américain (WTI) est pratiquement stable autour de 44,2 dollars.

Du côté des indicateurs, le marché prendra connaissance tout à l'heure des chiffres hebdomadaires du chômage américain, de l'indice de la Fed de Philadelphie au titre du mois en cours et de l'indicateur avancé du Conference Board en mars.

S'agissant des valeurs, les bancaires restent bien orientées, mais c'est Schneider Electric (+3,8%) qui domine l'indice phare, malgré une croissance organique de seulement 0,1% au premier trimestre, à la faveur d'une reconduction de ses objectifs annuels parmi lesquels une hausse de la marge d'Ebitda ajusté comprise entre 20 et 60 points de base (avant effet de change).

Le titre Michelin prend, lui, 0,9% dans le sillage de l'annonce d'une augmentation de 0,9% elle aussi des ventes nettes au premier trimestre à 5,065 milliards d'euros. Le géant clermontois des pneumatiques a de surcroît confirmé ses prévisions d'une croissance des volumes supérieure à l'évolution mondiale des marchés, d'un résultat opérationnel en croissance (avant éléments non récurrents hors effet de change) et d'une génération de cash flow libre structurel supérieure à 800 millions d'euros.

A contrario, Pernod-Ricard abandonne 6,9% et accuse la plus forte baisse de l'indice phare, délaissé malgré une hausse de 4% du chiffre d'affaires 9 mois. Le marché attendait sans doute mieux qu'un maintien de l'objectif d'une croissance interne du résultat opérationnel courant sur l'exercice en cours comprise entre 1 et 3%.

Le bond de 9,1% des revenus de bioMérieux (+11,2%) au premier trimestre à 489 millions d'euros vaut par ailleurs au spécialiste du diagnostic in vitro d'occuper la tête du SBF 120.

Enfin, Dassault Systèmes décroche de 5,9% en dépit de la publication d'un BNPA non-IFRS en hausse de 19% à 0,51 euro par action pour le premier trimestre.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant