Paris : le Premier ministre face aux récriminations des maires

le
0
Paris : le Premier ministre face aux récriminations des maires
Paris : le Premier ministre face aux récriminations des maires

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault passe mardi un oral délicat devant les maires, réunis à Paris pour leur congrès annuel qui s'annonce maussade voire frondeur, comme le climat régnant dans le pays, tandis que l'UMP devrait souffler sur les braises. Entre restriction de crédits, hausse des charges et méfiance face à la réforme de la décentralisation, les premiers magistrats des 36 769 communes de France «sont inquiets», selon le président de l'Association des maires de France (AMF) Jacques Pélissard, qui attend plus de 11 000 participants Porte de Versailles.

Bien qu'exempte de tout dérapage mais ponctuée de références à la «désespérance» d'une partie de la population, la journée du congrès réservée aux élus d'outre-mer, lundi à l'Hôtel de Ville de Paris, a révélé que le moral était plutôt bas chez les élus, à quatre mois des élections municipales. Après François Hollande l'an dernier, l'invité de marque sera le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault (une dizaine de ministres fera le déplacement), alors que la contestation monte, chez les élus ruraux surtout. Souci d'être au diapason de ses troupes ?

Les maires devraient respecter «la règle de l'accueil républicain»

Jacques Pélissard (UMP) a lui-même haussé le ton, distillant une série de critiques à l'encontre du gouvernement sur ses réformes. «Les maires ont le sentiment que l'Etat ne leur fait pas suffisamment confiance», a-t-il déclaré lundi au Figaro. Selon lui, il faut s'attendre à quelques «manifestations d'humeur» mais les maires devraient respecter «la règle de l'accueil républicain». «On n'a pas acheté un stock de bonnets rouges,» rassure André Rossinot (UDI), secrétaire général de l'AMF. Dans la matinée, le patron de l'UMP Jean-François Copé profite du congrès pour réunir 400 maires, à l'approche des municipales, et s'adresser ensuite à la presse. Nul doute qu'il leur demandera d'être offensifs vis-à-vis du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant