Paris: le marché euphorique après les annonces de la BCE.

le
0

(CercleFinance.com) - La BCE a donc décidé de sortir l'artillerie lourde ce jeudi pour soutenir l'économie de l'eurozone. Les investisseurs apprécient le volontarisme et plus largement la 'méthode' Draghi, qui a cette fois fait mieux que répondre à leurs attentes.

Peu avant 16h00, le CAC 40, qui avait un temps grimpé de quelque 2,6%, engrange 1,4% à 4.493 points. Le seuil des 4.500 points est donc plus que jamais en ligne.

Et pour cause: à l'issue de sa réunion, le conseil des gouverneurs de la BCE a décidé d'abaisser le taux d'intérêt de la facilité de dépôt de la BCE 10 points de base, à -0,4%, son taux d'intérêt des opérations principales de refinancement de cinq points de base à 0% et sa facilité de prêt marginal de cinq points de base à 0,25%.

Par ailleurs, la banque centrale européenne a décidé d'augmenter le montant mensuel de ses rachats d'actifs à 80 milliards d'euros, contre 60 milliards précédemment et 70 milliards anticipés par la plupart des spécialistes.

Des obligations libellées en euros émises par des entreprises non bancaires et notées 'investment grade' seront aussi incluses dans la liste des actifs éligibles aux rachats réguliers.

Enfin, 4 opérations TLTRO de maturités de 4 années chacune seront lancées en juin prochain, les conditions d'emprunt de ces opérations pouvant être aussi basses que le taux d'intérêt sur la facilité de dépôt.

'Cet ensemble de mesures exploitera les synergies entre les différents instruments et a été calibré pour faciliter encore les conditions financières, stimuler le crédit et renforcer la dynamique de reprise dans la zone euro', a expliqué le président de la BCE Mario Draghi dans sa conférence.

'La barre avait été placée haut pour que la BCE dépasse les attentes du marché', a de son côté rappelé Natixis, dont les équipes soulignent que, 'cette fois, l'institution a pris une longueur d'avance en lançant un ensemble de mesures'.

'Une baisse trop importante du taux de dépôt pourrait lui ôter une possibilité d'assouplir encore sa politique monétaire dans les prochains mois', avait de son côté tempéré Aurel BGC ce matin, tandis qu'Edmond de Rotschild n'avait pas exclu l'hypothèse que la BCE fasse preuve d'imagination.

Du côté des indicateurs, on notera que le Département américain du Travail a comptabilisé 259.000 nouveaux inscrits hebdomadaires au chômage lors de la semaine close le 5 mars, soit 18.000 de moins qu'au précédent pointage (chiffre révisé de 278.000). Les économistes étaient pour leur part beaucoup moins optimistes, tablant sur un recul modeste autour de 275.000 en moyenne.

S'agissant des valeurs, les financières tirent logiquement leur épingle du jeu à l'image de BNP Paribas et de Société Générale, qui avancent de respectivement 3,5 et 2,9%, soit 2 des plus fortes hausses de l'indice phare. Crédit Agricole n'est pas en reste et grimpe de 2,6%.

Carrefour (-3,5%) accuse en revanche la plus forte baisse de l'indice phare après ses comptes annuels, néanmoins conformes aux attentes. Le géant de la distribution a en outre annoncé qu'il réalisera des investissements totaux compris entre 2,5 et 2,6 milliards d'euros cette année, tout en aspirant à garder une attention constante sur la génération de cash flow libre et à maintenir sa notation 'BBB+'.

Toujours Lanterne rouge du SBF 120, Lagardère décroche pour sa part 11,3% après la publication d'un bénéfice opérationnel 'médias' 2015 inférieur à la prévision moyenne des analystes.

A contrario, Rubis (+5,3%) et Iliad (+5%) domine l'indice à la faveur de bons résultats annuels.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant