Paris: le CAC ne lâche rien, le DJ renoue avec les 21.000.

le
0

(CercleFinance.com) - La bourse de Paris ne lâche rien et maintient imperturbablement une avance de +0,3% depuis 11H30 ce matin (cela fait donc 5 heures).

D'ailleurs, rien ne vient troubler la 'dynamique acheteuse', et surtout pas le recul de l'indice de confiance des consommateurs américains du Conference Board à 120,3, contre à 124,9 en mars (chiffre révisé de 125,6).

Cela n'impacte pas plus les places européennes que les indices US avec le test -presque sans suspens- des 6.000 par le Nasdaq (qui gagne +0,7% et dont la valorisation à 6.025Pts est tout simplement vertigineuse... mais plus c'est cher, plus le marché semble 'courir après le papier').

Le Dow Jones (+1%) renoue avec les 21.000 et le S&P progresse d'autant; la seule question que Wall Street semble se poser est: 'avec une tendance haussière aussi invulnérable, comment les actions pourraient-elles rebaisser.

On s'achemine vers le consensus le plus haussier jamais observé en 40 ans (depuis que ce baromètre 'bull/bear' existe).

Le CAC40 semblait vouloir reprendre son souffle après l'envolée historique de +4,2% de la veille (cas de figure jamais observé partant d'un marché non survendu et de surcroît proche de ses sommets absolus, dividendes inclus) mais c'était compter sans LVMH et ses +4% de hausse à 224E (ce qui rajoute près 15Pts d'indice au CAC40 qui en gagne justement +15 à 5.282Pts).

Le titre déloge Sanofi de sa seconde place - en terme de pondération- et talonne désormais Total avec 114MdE de capitalisation (contre 118MdsE pour le groupe pétrolier).

L'impact de LVMH est tel que même l'euro-Stoxx50 prend +0,3% à 3.590 alors que les 49 autres valeurs affichent une performance proche de zéro.

Le groupe familial Arnault, Christian Dior-SA et LVMH (sa filiale) ont annoncé un projet stratégique visant une simplification des structures du groupe Christian Dior-LVMH qui passe par le rachat pour 6,5MdsE de la totalité de la marque Dior Couture par LVMH (qui en détiendra 100% contre 73% actuellement).

Avec une telle locomotive, les opérateurs oublient bien volontiers les incertitudes entourant la capacité d'Emmanuel Macron à constituer une majorité pour gouverner, ainsi que le risque d'escalade militaire mettant aux prises les Etats Unis et la Corée du Nord, sans parler d'un risque de déception concernant le projet fiscal 'Trump' qui a déjà été joué et surjoué par Wall Street.

Malgré toutes ces incertitudes, les actions continuent d'être ramassées en mode 'achat à tout prix', dans un climat technique de 'spirale haussière' où chaque nouveau record indiciel entraîne le déclenchement de nouveaux programmes d'achat ('d'ajustement'), dans le cadre d'une course sans fin à la réplication du 'benchmark'.

D'après le courtier britannique IG, cet état d'esprit favorable est appelé à perdurer, même si toutes les places boursières mondiales évoluent à des niveaux records à l'heure actuelle.

En attendant, l'euro avance de 0,3% face au dollar à 1,0895 et tutoie la résistance annuel des 1,09/$, tandis que le baril de Brent lâche 0,1% à 51,6$.

Du côté des valeurs, LVMH (+4,1%) a fait le break, son concurrent Kering prenant +0,8% et Essilor +1%.

Au sein du SBF-120, Plastic Omnium (+2%) annonce un chiffre d'affaires économique de 2,04 milliards d'euros, en progression de 32,8%, et de prévisions rassurantes pour le premier semestre.

Vallourec s'inscrit en seconde position du SBF120 avec +3,1%, à parité avec Innate Pharma.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant