Paris: le '14 juillet' boursier euphorise l'Europe & WStreet

le
0

(CercleFinance.com) - Sans grand suspens, le CAC40 (+1,15% à 4.385) a refermé dès les 1ers échanges le 'gap' des 4.392 avant de se hisser au-dessus des 4.400Pts (vers 4.402Pts).

Il s'agit d'un rallye en 2 temps puisque l'indice avait vu son avance fondre de +1,2% à +0,3% (vers 13H) avant de remettre le turbo car il faut propulser les actions au plus haut à la veille des '3 sorcières' qui coïncidera également avec le départ en vacances de nombreux gérants (ceux qui n'avaient pas racheté de papier depuis le 'Brexit' doivent 'recharger' les portefeuilles.

Voilà ce qui explique en partie une 6ème séance de hausse consécutive et une nouvelle envolée à +8,3% en ligne droite (donc totalement algorithmique et inspirée des mesures de relance économique fantasmées et qui n'ont jamais produit les résultats attendus).

La déception causée par la décision de la Banque d'Angleterre (BoE) de laisser sa politique monétaire inchangée (maintien du taux directeur à 0,5%) a été bien vite effacée par les résultats (meilleurs que prévus) de JP-Morgan/Chase qui a publié un bénéfice net en baisse de 1% à 6,2Mds$ mais engrange 1,55$ par action, contre 1,45$ anticipé.

Mark Carney, le gouverneur de la BoE, se garde une cartouche en cas de besoin et les sommets atteints par les marchés prouvent que l'inquiétude n'est pas à son apogée, loin de là.

C'est le '14 juillet' également Wall Street à la mi-séance avec un feu d'artifices de records absolus: le Dow jones (+0,7% vers 19H) a bondi d'entrée de jeu vers 18.538 (porté par les bancaires), le 'S&P' gagne +0,55% (+0,7% au plus haut à 2.170), le Nasdaq progresse d'autant vers 5.030.

L'Euro-Stoxx50 baigne également dans l'euphorie avec +1,25 à 2.963 : voilà

une hausse que personne n'a vue venir et sur laquelle personne n'aurait parié car les chiffres d'activité en provenance d'Asie et d'Europe depuis une semaine, la situation de crise des banques italiennes plaidaient pour de l'attentisme dans le meilleur des cas.

Il n'y a rien de rationnel dans cette envolée qui fait bien plus qu'effacer l'impact du 'Brexit'... et le niveau de 'complaisance' des investisseurs donne le vertige avec un indice de stress (VIX) retombe vers un plancher de 13 qui ne colle absolument pas avec les perspectives économiques ni les hypothèses de croissance des profits (parfois négatives).

Aux Etats Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage sont restées stables à 254.00 (au lieu de 265.000) et les prix à la production aux Etats-Unis ont progressé de 0,5% en juin contre +0,3% attendu (après +0,4% en mai).

Comme souvent lors des phases de retour de l'appétit pour le risque, les valeurs bancaires et automobiles emmènent la progression des marchés, avec des gains de 4,95 pour Natixis, +3,8% pour Sté Générale et +3,3% pour BNP-Paribas, +2,4% sur AXA et Crédit Agricole.

L'euro reste globalement stable (+0,15%) autour de 1,111 dollar tandis que les cours du pétrole sont désormais en hausse après l'annonce hier d'un repli des stocks américains.

Le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) gagne 1,2% pour revenir coter autour de 45,60 dollars.

Airbus (+0,5%) revendique 35 milliards de dollars de commandes engrangées à l'occasion du salon aéronautique de Farnborough, en Angleterre, avec 279 avions allant du monocouloir au gros-porteur.

Le groupe précise que ce carnet se compose des commandes fermes pour 197 appareils représentant 26,3 milliards de dollars et d'engagements pour 82 appareils représentant 8,7 milliards de dollars.

Dans une note sur les groupes français de distribution alimentaire, Credit Suisse relève son opinion sur Carrefour (+1,1%) de 'sous-performance' à 'neutre', tout en abaissant son objectif de cours de 23 à 22 euros.

Credit Suisse réitère également son opinion sur Casino (+1,25%) à 'surperformance', tout en relevant son objectif de cours de 50 à 54 euros malgré un abaissement de prévisions de BPA.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant