Paris lance un fonds d'urgence humanitaire pour la Syrie

le
0

PARIS (Reuters) - La France a décidé de créer un fonds d'urgence humanitaire pour la Syrie, doté d'un montant initial d'un million d'euros, a annoncé mardi le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé.

Parallèlement, Paris rejoint ses partenaires des Nations unies afin d'étudier toutes les options mises sur la table par la Ligue arabe, y compris celle de l'envoi de casques bleus.

Le fonds humanitaire annoncé mardi est destiné à financer les actions de "l'ensemble des organisations et associations qui veulent venir en aide au peuple syrien", précise le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

La France proposera en outre aux participants de la réunion de Tunis, le 24 février, où se retrouveront pour la première fois les "amis du peuple syrien", de mettre en place un fonds de même type au niveau international, précise le texte.

Ces annonces ont été faites à l'issue d'une réunion au ministère des Affaires étrangères avec les principales organisations internationales et organisations non gouvernementales françaises actives en Syrie dans le domaine de l'aide humanitaire et des droits de l'homme.

La réunion de Tunis des "Amis de la Syrie", groupe qui rassemble des pays arabes et des pays occidentaux, sera centrée sur les moyens de faire cesser les violences.

Réunis dimanche au Caire, les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe ont demandé aux Nations unies d'envoyer une mission de paix de l'Onu et des pays arabes en Syrie, où se poursuit la répression contre l'opposition au président Bachar al Assad.

Lundi, la France avait exclu dans l'immédiat "toute intervention à caractère militaire extérieure" en Syrie.

Mais le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero, a déclaré mardi que la France étudie avec ses partenaires à New York "toutes les options proposées par la Ligue arabe".

"Aujourd'hui, le travail a commencé à New York sur ce qu'ont proposé les pays de la Ligue arabe s'agissant de cette mission de casques bleus", a-t-il dit. "Donc je le redis la France étudie avec ses partenaires à New York toutes les options mises sur la table par la Ligue arabe."

Gérard Bon, avec John Irish

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant