Paris laisse la main à l'OM

le
0
Paris laisse la main à l'OM
Paris laisse la main à l'OM

Paris ne signera pas la même série de 11 victoires de rang qu'en fin de saison passée et ne reprend pas le leadership à l'OM. Pas capables d'obtenir mieux qu'un nul au stade Pierre-Mauroy (1-1), le PSG aurait même pu perdre plus face à un LOSC nettement plus enjoué que d'habitude, quoique pas plus efficace.

Lille - PSG
(1-1)

S. Sirigu (41' csc) pour Lille , E. Cavani (30') pour Paris S-G.


Paris a encore été plus gestionnaire que spectaculaire, Lille a eu besoin d'un CSC de Sirigu pour marquer... L'avant-dernière affiche de la journée entre le LOSC et le PSG ne va pas faire taire les critiques répétitives à l'encontre des deux formations sur lesquelles on tape le plus volontiers en cette période hivernale. Froides ces formations ? Pas tant que ça au vu du match proposé : rythme soutenu, nombre d'arrêts important des deux portiers, vrais gros temps forts de part et d'autre... Il n'a finalement manqué que l'efficacité au moment d'ajuster la mire pour que l'affaire s'emballe et n'emballe tout le monde finalement. Oui mais voilà, Cavani a encore été gourmand, Lille n'a scoré que son cinquième but depuis le début du mois d'octobre toutes compétitions confondues, Origi et Roux ont été transparents devant... Les motifs de reproche ne seront donc pas encore éteints et il y a fort à parier que des moues empreintes de lassitude et des soupirs vont émerger lorsque les premières questions fuseront lors des prochaines conférences de presse de René Girard, en tribune ce mercredi soir, et de Laurent Blanc.
Lucas ne confond pas vitesse et précipitation
L'entame de première période voit le froid s'abattant sur le stade Pierre-Mauroy bien vite évacué après un énorme coup de chaud d'emblée sur la cage de Sirigu. Dès la 40e seconde, c'est triple alerte rouge pour Paris, illustrant bien l'envie du LOSC en ce début de partie de troquer sa monotonie par de la folie. Origi, puis Martin sur la reprise, buttent tour à tour sur l'ancien rempart de Palerme, avant que Balmont ne conclue le tout d'un shoot quasiment sur l'équerre. Lille pèse d'entrée, se tient relativement haut pour gêner la relance parisienne, obligeant Pastore à beaucoup décrocher pour toucher le cuir. Maxwell et Van Der Wiel peinent à se montrer sur leurs côtés. Mais Paris ne prend pas froid et confisque vite le ballon. Il y a d'abord ces deux offensives lancées côté...








Lille - PSG
(1-1)

S. Sirigu (41' csc) pour Lille , E. Cavani (30') pour Paris S-G.


Paris a encore été plus gestionnaire que spectaculaire, Lille a eu besoin d'un CSC de Sirigu pour marquer... L'avant-dernière affiche de la journée entre le LOSC et le PSG ne va pas faire taire les critiques répétitives à l'encontre des deux formations sur lesquelles on tape le plus volontiers en cette période hivernale. Froides ces formations ? Pas tant que ça au vu du match proposé : rythme soutenu, nombre d'arrêts important des deux portiers, vrais gros temps forts de part et d'autre... Il n'a finalement manqué que l'efficacité au moment d'ajuster la mire pour que l'affaire s'emballe et n'emballe tout le monde finalement. Oui mais voilà, Cavani a encore été gourmand, Lille n'a scoré que son cinquième but depuis le début du mois d'octobre toutes compétitions confondues, Origi et Roux ont été transparents devant... Les motifs de reproche ne seront donc pas encore éteints et il y a fort à parier que des moues empreintes de lassitude et des soupirs vont émerger lorsque les premières questions fuseront lors des prochaines conférences de presse de René Girard, en tribune ce mercredi soir, et de Laurent Blanc.
Lucas ne confond pas vitesse et précipitation
L'entame de première période voit le froid s'abattant sur le stade Pierre-Mauroy bien vite évacué après un énorme coup de chaud d'emblée sur la cage de Sirigu. Dès la 40e seconde, c'est triple alerte rouge pour Paris, illustrant bien l'envie du LOSC en ce début de partie de troquer sa monotonie par de la folie. Origi, puis Martin sur la reprise, buttent tour à tour sur l'ancien rempart de Palerme, avant que Balmont ne conclue le tout d'un shoot quasiment sur l'équerre. Lille pèse d'entrée, se tient relativement haut pour gêner la relance parisienne, obligeant Pastore à beaucoup décrocher pour toucher le cuir. Maxwell et Van Der Wiel peinent à se montrer sur leurs côtés. Mais Paris ne prend pas froid et confisque vite le ballon. Il y a d'abord ces deux offensives lancées côté...







...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant