Paris la nuit : voisins vs Comptoir général

le
0
Le Comptoir Général à l'heure de l'apéro
Le Comptoir Général à l'heure de l'apéro

"Ce n'est pas que nous sommes rabat-joie. Mais on aimerait des jours de fête et des jours de calme", explique Marie Babey, les yeux fatigués. Elle habite près du très sympathique canal Saint-Martin, haut lieu de la boboïtude et de la branchitude parisienne. Face à son appartement, le Comptoir général - un lieu alternatif dédié à l'Afrique, et son "Ghetto Museum" : 650 mètres carrés qui accueillent chaque week-end des centaines de noctambules jusqu'à deux heures du matin. Le lieu a ouvert en 2010 et il est aujourd'hui un incontournable des nuits parisiennes. Mais il dérange les riverains, puisque, pour y accéder, il faut traverser un passage bordé d'habitations. Les allées et venues des clients, les talons qui claquent sur le sol et même les éclats de rire ou les simples conversations résonnent et hérissent le poil de certains voisins très remontés contre l'établissement. "Nous avons vue sur leur local à poubelles où il arrive que des clients se cachent pour uriner ou fumer du cannabis", raconte un résident du quai de Jemmapes, preuves à l'appui. Les voisins dénoncent surtout le bruit. Et si une étude d'impact de la préfecture a plutôt donné raison au Comptoir général, les habitants s'insurgent contre les pratiques de l'établissement qui baisserait le niveau des basses une demi-heure, puis le remonteraient ensuite. Il serait donc une cinquantaine prêts à s'associer en vue d'agir efficacement. Parmi eux, l'Amicale des locataires...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant