Paris : la guerre des cloches de Notre-Dame est déclarée

le
0
Un prêtre se bat pour empêcher qu'elles ne soient fondues et saisit la justice.

Réduites au silence après deux siècles de tintants et loyaux services, les quatre cloches de Notre-Dame de Paris, décrochées en février dernier en vue de leur remplacement, avaient provoqué une vive émotion en étant promises à la destruction. Elles sonnaient faux, le bronze du XIXe était de mauvaise qualité, elles ne méritaient même pas leur reconversion en objet d'exposition. C'est ce que l'évêché de Paris, dépositaire des cloches, qui sont propriété de l'État depuis la loi de 1905, a invoqué, soucieux d'une complète «restauration du paysage sonore» (d'un coût de 2 millions d'euros) pour le 850e anniversaire de la cathédrale en 2013.

Direction, donc, la fonderie Cornille Havard en Normandie où, toujours stockées, Angélique-Françoise (1915 kg), Antoinette-Charlotte (1335 kg), Hyacinthe-Jeanne (925 kg) et Denise-David (767 kg) attendent leur funeste coulée. La polémique s'en s...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant