Paris : la fin des reversements d'indemnités entre élus 

le
0
Le Conseil de Paris va interdire mardi les versements à des collègues en cas de cumul.

C'est à une pratique étrange et pourtant bien installée chez les élus municipaux que le Conseil de Paris va mettre fin la semaine prochaine. Appelé du nom barbare de «reversement d'écrêtement», ce mécanisme prévoit que des élus municipaux en situation de cumul de mandat peuvent reverser à d'autres élus de leur choix la part des indemnités qu'ils ne peuvent toucher à titre personnel, le plafond étant fixé à une fois et demie l'indemnité parlementaire. Et ce, de manière discrétionnaire.Instaurée en 1992 sous le gouvernement d'Édith Cresson, cette mesure a concerné l'an dernier à Paris 18 conseillers de Paris - également parlementaires.

Chaque mois, 32.273 euros sont reversés à 39 conseillers et 51 conseillers d'arrondissement délégués. L'ensemble de ces 18 élus reversent à des confrères leur «écrêtement». Seule Rachida Dati, maire UMP du VIIe, ne profite pas de ce système. Les élus socialistes reversent au total 16.200 euros chaque mois, une

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant