Paris : interdiction de la manifestation anti-islamistes de dimanche

le
2
Paris : interdiction de la manifestation anti-islamistes de dimanche
Paris : interdiction de la manifestation anti-islamistes de dimanche

Une manifestation controversée appelant à mettre les «islamistes hors de France», prévue dimanche à Paris, a été interdite par la préfecture de police. «Nous avons reçu à 18 heures un appel de la préfecture nous informant de l'interdiction de la manifestation, nous attendons maintenant une notification officielle», a déclaré Pierre Cassen, responsable de Riposte laïque, qui organisait le rassemblement.

De source proche du dossier, on annonce que la manifestation sera «très certainement interdite», mais la préfecture n'avait pas officiellement confirmé l'information dans l'immédiat. «Déséquilibrés, égorgeurs, chauffards... islamistes hors de France», tel était le mot d'ordre de ce rassemblement prévu dimanche à 14h30 place de la Bourse.

Contre «l'islamisation de la France»

Une responsable du mouvement anti-islam Pegida (NDLR : Patriotes européens contre l'islamisation de l'Europe), Mélanie Dittmer, qui organise des manifestations au succès croissant en Allemagne, le philosophe Renaud Camus, théoricien du concept de «grand remplacement» (l'immigration conduit selon lui à un changement de peuple et de civilisation en France) et des responsables italien ou suisse devaient notamment s'exprimer.

«Nous dénonçons les islamistes, pas les musulmans. Et nous avons fait dès mercredi, en signe d'ouverture, une proposition pour transformer la manifestation en rassemblement pour la liberté d'expression et en hommage aux victimes des attentats», a souligné Pierre Cassen. Il annonce une action en référé devant la justice pour obtenir l'autorisation du rassemblement qui était co-organisé avec Christine Tasin, du mouvement Résistance républicaine. Et «plus que jamais, nous donnons rendez-vous aux patriotes qui refusent l'islamisation de notre pays le dimanche 18 janvier», martèlent Pierre Cassen et Christine Tasin.

«Sous ce gouvernement, la seule liberté est celle du politiquement correct, qui interdit de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le samedi 17 jan 2015 à 12:24

    tropfort, mais pas en cerveau !

  • M4484897 le samedi 17 jan 2015 à 11:03

    c'est a la police de faire le boulot, la seule condition est que les politiques donnent le top départ et les moyens de diire a ces gens qu'ils ne sont pas les bienvenus chez NOUS, qu'ils font du tort a ceux qui vivent tranquille, religion ou pas