Paris inaugure sa pagode restaurée accueillant le plus grand Bouddha d'Europe

le
0

EN IMAGES - Au terme d’un an de travaux financés à hauteur de 1 million d’euros par la mairie de Paris, la grande pagode du bois de Vincennes restaurée est inaugurée ce samedi. Visite d’un bâtiment aux multiples vies.

Au bord du lac Daumesnil, en plein bois de Vincennes, la grande pagode de Paris n’évoque pas vraiment l’allure générale d’un temple bouddhiste. Et pour cause: cette construction remonte à l’Exposition coloniale de 1931 où elle servait de pavillon du Cameroun, voisin de celui du Togo. Ce bâtiment massif de 28 mètres de haut, faisant la part belle au bois a ensuite abrité jusqu’en 1971 le musée de l’industrie du bois.

Avec le déclin du musée, le bâtiment classé monument historique est confié à des associations bouddhistes. Il s’agit alors de proposer un lieu de culte aux populations d’Asie du sud-est ayant fui les régimes dictatoriaux qui se sont installés dans les années 70, sans oublier les Tibétains chassés par la Chine. La ville de Paris reste aujourd’hui encore propriétaire du site mais l’Union bouddhiste de France se charge de sa gestion depuis 2004 moyennant le paiement d’un modeste loyer annuel de 6500 euros.

Nouveaux poteaux, bardages et enduits

Le lieu de culte qui attire principalement des pratiquants Cambodgiens, Sri-lankais et Tibétains (les Vietnamiens disposent d’une grande pagode à Evry et la communauté chinoise se retrouve autour de plusieurs bâtiments) commençait cependant à se dégrader. «Cela faisait près de 5 ans que nous demandions à la Ville de restaurer ce bâtiment dont elle est propriétaire», souligne Liliane Lefait, bénévole à l’Union bouddhiste de France en charge de la grande pagode.

La mairie a finalement concédé à débloquer un million d’euros pour rénover entièrement la structure du bâtiment: les poteaux de bois en mélèze, les bardages, les enduits de plâtre et l’électricité. Pas question cependant de toucher à l’intérieur du bâtiment dévolu au culte et sous la responsabilité de l’Union bouddhiste. Ce samedi, à l’occasion de la Fête du bouddhisme se tiendront dès 11 h une série d’animations ainsi que l’inauguration officielle.

Bouddha au visage androgyne

Ceux qui franchiront le seuil de la pagode, auront l’occasion de découvrir un immense Bouddha, haut de 10 mètres, sans doute le plus imposant d’Europe. Réalisé par le sculpteur yougoslave François Mozès, ce Bouddha aux traits androgynes s’inspirerait notamment du visage de l’épouse de l’artiste. Cette sculpture réalisée en fibre de verre recouverte de feuille d’or renferme à sa base de nombreuses reliques auxquelles les communautés bouddhistes habituées des lieux sont très attachées.

Les lieux ne sont ouverts que le week-end d’avril à octobre (hors août) lors des fêtes bouddhistes (voir calendrier ici). Ce qui n’empêche pas de prendre contact avec L’Union bouddhiste de France pour organiser à tout moment des visites privées des lieux. Une visite qui se complète d’ailleurs par un surprenant monastère tibétain, construit plus récemment à quelques dizaines de mètres de la pagode. Avec sa façade colorée, cette petite bâtisse accueille en permanence trois à quatre moines qui dispensent leur enseignement sur place.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant