Paris Ile-de-France : le marché attend le retour des grandes opérations

le
0
Les surfaces inférieures à 5000 mètres carrés résistent. Les loyers sont stables. De grands utilisateurs ont reporté leurs décisions à l'année prochaine. En région, Lyon reste au sommet

L'année 2013 marquera un recul au niveau de la demande placée, c'est-à-dire des surfaces louées, en Ile-de-France par rapport à 2012. Selon Immostat, la demande placée se situe autour de 1,3 million de m² pour les neuf premiers mois. Soit un recul de 29% par rapport à la même période en 2012. «2013 marque un recul avec un atterrissage prévu en fin d'année à 1,8 million de m² placés compte tenu des affaires en cours de négociation, mais le marché se situe dans la moyenne des dix dernières années», explique Roman Coste, responsable du département Ile-de-France chez CBRE. Ce score s'explique essentiellement par le décrochage, de l'ordre de 50%, des transactions supérieures à 5 000 m² qui ont dopé le marché en 2012. «Le recul des grandes transactions était anticipé. Les grands utilisateurs ont reporté leurs décisions à 2014», affirme Magali Morton, directrice des recherches chez DTZ. Toutefois, quelques transactions significatives sont à signaler comme la prise à bail par General Electric Capital de 38.000 m² dans les tours City Lights à Boulogne, de 22.000 m² par ERDF dans la tour Blanche de la Défense, de 21.500 m² par L'Oréal dans le Nuovo à Clichy, de 16.500 m² par les bureaux Francis Lefebvre à Neuilly, de 15.300 m² dans le NewSide à La Garenne-Colombes par Technip, de 13.620 m² dans la tour Prisma à la Défense par le cabinet d'avocats Fidal.

Correction passagère

Le créneau des surfaces inférieures à 5000 m² résiste avec, par exemple, deux prises à bail de plus de 3000 m² dans des immeubles neufs par Teleperformance et BCA Expertise sur le front office à Asnières ou de Cloudwatt sur 4190 m² dans le bâtiment Etik à Boulogne. Deux transactions qui reflètent aussi le dynamisme des surfaces intermédiaires de bureaux neufs sur le croissant ouest. Tous les secteurs n'évoluent pas au même rythme. La Défense vit au gré des livraisons de tours neuves ou réhabilitées Carpe Diem, D², Eqho. Neuilly, Levallois et la boucle nord sont dynamiques contrairement au secteur péri-Défense et aux premières couronnes nord et sud.

«Les loyers prime des marchés de référence en Ile-de-France sont orientés à la baisse, à 705 euros/m²/an dans le Quartier Central des affaires (QCA) et à 510 euros/m²/an à la Défense compte tenu de la raréfaction des transactions à des niveaux exceptionnels, commente Jacques Bagge, directeur de l'Agence chez Jones Lang LaSalle. Dans le QCA, on ne compte qu'une poignée de transactions signées à plus de 700 euros depuis le début de l'année, soit quatre fois moins que l'an passé à la même période.» Ainsi, rue Ville-l'Evêque (VIIIe arrondissement), 5537 m² ont été pris à bail par Groupama à 710 euros le mètre carré par an. Chez DTZ, la valeur locative dans le QCA s'élève à 615 euros/m²/an, soit 20% de moins qu'en 2012. «Les transactions se réalisent dans des quartiers moins chics que l'an dernier», constate Magali Morton. «Cette légère correction baissière n'est que passagère», tempère Thierry Laroue-Pont, président de BNP Paribas Real Estate Transaction, Conseil et Expertise Europe. Dans le croissant ouest, sur Boulogne, les valeurs oscillent entre 430 et 450 euros/m²/an mais grimpent à 580-600 euros /m²/an à Neuilly.

SERVICE:

» Retrouvez les annonces immobilières dans toute la France avec Explorimmo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant