Paris hésitant avant l'emploi américain

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - Dans cette perspective, le CAC 40 gagne modestement 0,2% à 3.866 pts, toujours à l'écoute des nombreuses publications trimestrielles d'entreprises.

En Asie, alors que Tokyo est fermé, les indices ont aussi pris un biais haussier, plus marqué à Shanghai qu'à Hong Kong. Wall Street, qui avait connu un accès de faiblesse mercredi après un rapport décevant d'ADP sur l'emploi privé et un communiqué diversement apprécié de la Fed, a repris de la hauteur hier soir. Les inscriptions au chômage ont très agréablement surpris, et l'étude Challenger sur l'emploi a aussi rassuré. Les opérateurs ont également salué la baisse des taux d'intérêt annoncée par la Banque centrale européenne. Le DJIA a gagné 0,89% à 14.831 pts, le Nasdaq Composite a grimpé de 1,26% à 3.340 pts, et le S&P500 s'est offert un nouveau record en clôture à 1.597 pts (+0,94%) !

ECO ET DEVISES

En Europe, les prévisions économiques de la BCE sont programmées à 11h00. Aux Etats-Unis, le rapport mensuel sur l'emploi pour avril est prévu à 14h30 (consensus 140.000 créations de postes non-agricoles, dont 150.000 dans le secteur privé et 7,6% de taux de chômage), avant à 16h00 l'indice ISM des services d'avril (consensus 54) et les commandes industrielles de mars (consensus -2,9%).

La parité euro / dollar atteint 1,3070 ce matin. Le baril de Brent se négocie 102,65$ et le WTI 93,80$ pour l'échéance de juin.

VALEURS EN HAUSSE

* Vallourec : +10%. Le groupe affiche au premier trimestre 2012 un chiffre d'affaires stable de 1,213 milliard d'euros pour une production de 487.000 tonnes (-3%). Le résultat brut d'exploitation s'élève à 191 millions d'euros, en hausse de 26% par rapport au premier trimestre 2012. Le résultat d'exploitation est en hausse de 13% à 90 millions d'euros et le résultat net de 21% à 35 millions d'euros. Grâce à la montée en puissance progressive de ses nouvelles usines, Vallourec continue d'anticiper cette année une progression des volumes et du chiffre d'affaires ainsi qu'une amélioration du taux de marge brute d'exploitation.

* CGG : +8%. La réalisé un chiffre d'affaires de 871 millions de dollars au 1er trimestre 2013, en croissance de 11%. L'EBITDA progresse de 47,6% à 313 millions de dollars et l'EBIT passe de 57 à 162 millions de dollars (mais contient 35 millions de dollars d'exceptionnel positif), matérialisant une marge de 19% (15% hors élément non-récurrent). Le bénéfice net s'établit à 79 millions de dollars, contre une légère perte un an avant. Les comptes intègrent la contribution de Fugro Géosciences. Le directeur général Georges Malcor a souligné que "les perspectives de marché restent bien orientées" en 2013. "Nous confirmons nos objectifs pour 2013 de croissance du chiffre d'affaires groupe de 25%, d`amélioration de la marge d`EBIT, de génération de cash-flow libre positif et d`augmentation du rendement des capitaux employés", a ajouté le dirigeant.

* Veolia : +5,5%. Le premier trimestre 2013 s'est soldé par un chiffre d'affaires de 5,757 milliards d'euros, en baisse de -3,9% en glissement annuel en données publiées, et de -3% en données internes. Le résultat opérationnel récurrent de la période a bien résisté, à 405 millions d'euros, non loin de celui du précédent exercice (411 millions d'euros). "Les résultats du premier trimestre marquent une bonne résistance du groupe dans un environnement économique difficile grâce aux effets positifs de la première phase de transformation décidée fin 2011", a expliqué le président Antoine Frérot, qui en profite pour annoncer de nouvelles économies via une organisation repensée. Veolia devrait réduire ses coûts nets de 750 millions d'euros pour une année à l'horizon 2015, alors que le précédent objectif était de 470 millions d'euros à cette échéance.

* Chargeurs : +2% suivi de Suez Environnement

* BNP Paribas : +1,5%. La banque de la rue d'Antin a dégagé un produit net bancaire de 10,05 milliards d'euros sur le trimestre, en croissance de 1,7% en glissement annuel, et un résultat brut d'exploitation de 3,54 milliards d'euros (+16,4%). Le bénéfice net par du groupe, à 1,58 milliard d'euros, recule de -44,8% car la banque avait enregistré la plus-value de cession des titres Klépierre un an avant. Le consensus, établi à 1,34 milliard d'euros, est dépassé. Quant à la solvabilité, elle s'affiche à 11,7% sur la base des obligations réglementaires Bâle 2.5 (CRD3). Sur la base des normes Bâle 3 "plein", dont l'entrée en vigueur est prévue en 2019, le ratio ressort à 10%. Le prochain "gros morceau" pour la banque est le lancement de sa "banque digitale européenne", dans le cadre du plan 2014/2016.

* EDF : monte de 1% avec AXA, LVMH, Nexans, Rexel

VALEURS EN BAISSE

* Recylex : chute de 7%. Le groupe a affiché au premier trimestre 2013 un chiffre d'affaires de 99,8 Millions d'Euros, en baisse de 17% par rapport à 2012. L'activité de recyclage de plomb enregistre un recul de 23% à 69,4 ME compte tenu de la forte diminution des volumes vendus suite à l'arrêt programmé de trois semaines dans la principale fonderie à Nordenham en mars 2013 mais également en raison d'une base de comparaison défavorable due à la vente ponctuelle d'un lot de concentrés de plomb intervenu au premier trimestre 2012 (pour environ 8 ME). Le chiffre d'affaires de l'activité Zinc est globalement stable. Si la moyenne au premier trimestre 2013 du cours du plomb ressort en hausse et si celle du zinc est restée stable par rapport à la même période en 2012, Recylex note une forte baisse de ces cours au mois de mars 2013.
La direction de Recylex prévient que le contexte demeure toujours très concurrentiel au niveau des approvisionnements en matières à recycler, ce qui continue à peser sur les marges. Afin d'anticiper le financement de ses besoins de trésorerie identifiés pour la période 2014-2015 relatifs à l'exécution de son plan de continuation, ainsi qu'à la réhabilitation du site de l'Estaque (près de Marseille), Recylex annonce avoir initié, avec un conseil financier spécialisé, une recherche de financements externes.

* Boursorama : -4% après les comptes. Le groupe a légèrement amélioré son produit net bancaire au premier trimestre 2013, en le portant à 54,6 millions d'euros (+1%). Le résultat brut d'exploitation est stable à 17,1 millions d'euros, tandis que le bénéfice net se tasse de -17% à 9 millions d'euros. La filiale de la Société Générale évoque un "trimestre record" dans la banque en France, malgré un contexte difficile, avec une croissance de 9% des dépôts bilanciels à 3,5 milliards d'euros, 17.340 ouvertures de comptes et une forte hausse de la production de crédit. Dans le courtage en ligne, le rebond des marchés a profité à l'activité. A l'international, la filiale britannique souffre toujours (perte nette de -2,3 millions d'euros sur le trimestre, pas d'amélioration en vue), mais les branches allemande (résultat à l'équilibre) et espagnole (+0,2 million d'euros) affichent des résultats "satisfaisants", selon le management. L'accent sera mis cette année sur le développement bancaire avec un objectif de 75.000 nouveaux comptes en France, pour tendre vers un total de 500.000 en fin d'année. Un plan d'amélioration des process est attendu outre-Manche, pour redresser l'édifice. Boursorama va cependant subir une contraction de 20 à 25% de son résultat brut d'exploitation, prévient-il.

* Air France-KLM : -3%. Les temps sont toujours durs pour le groupe, dont les performances financières sont encore très dégradées en début d'exercice, une période de creux pour l'activité économique du secteur, qui a tendance à accroître les déséquilibres. Il faut cependant noter que le transporteur est parvenu à dégager un cash-flow libre d'exploitation positif. Au terme de son premier trimestre 2013, la compagnie aérienne a ainsi dégagé un chiffre d'affaires de 5,72 milliards d'euros, en croissance de 1,3%, pour un EBITDAR de 123 millions d'euros, en très forte hausse. Le résultat d'exploitation courant est en pertes de -530 millions d'euros, un peu moins qu'un an avant, tandis que la perte nette part du groupe ressort à -630 millions d'euros. Le transporteur va poursuivre l'application du plan "Transform 2015" selon le calendrier prévu, dans un contexte qui reste "incertain et difficile". La compagnie confirme ses objectifs pour 2013, soit une réduction du coût unitaire à change et prix du carburant constants et une réduction de la dette nette.

* Rémy Cointreau : -2%. Orpar a bouclé le placement de 1,5 millions d'actions Rémy Cointreau, soit 2,9% du capital, réalisé à 85,50 euros par action. Cela représente une décote de 3,5% sur le dernier cours coté. Le holding en retirera un produit brut de 128 millions d'euros. "Le produit de cette cession permettra notamment de financer l'acquisition des actions de la société Oeneo non encore détenues par Andromède dans le cadre du projet d'offre publique déposé à l'AMF le 30 avril", explique Orpar, qui conserve 35,7% du capital de Rémy Cointreau post-placement.

* Havas : -2%. Le revenu consolidé a atteint 386 millions d'euros au 1er trimestre 2013, en baisse de -0,3% en données brutes et de -0,9% en organique. Le "new business net" de la période ressort à 402 millions d'euros. "Au premier trimestre 2013, le Groupe a bien résisté à la forte dégradation du marché européen en affichant une performance positive notamment dans les marchés clés que sont la France et la Grande Bretagne", a indiqué le CEO David Jones.

* Publicis : -1%. Les dirigeants-clés ont souscrit "largement" au programme de co-investissement qui leur a été proposé. Une structure indépendante (LionLead SCA) a été créée pour recueillir leurs investissements. Avec 190 souscriptions, le plan s'est révélé être un immense succès, portant le taux de participation à 96,4% des candidats. Le montant total des souscriptions demandées a atteint 135,1 million d'euros, ce qui représente 3 fois le plafond du montant maximum (44,7 millions d'euros). LionHead détient 0,4% du capital.

* Ubisoft : stable. Le groupe se lance sur le marché obligataire, en toute discrétion. Le spécialiste des jeux vidéo a placé, via Crédit Agricole CIB et Société Générale CIB, 40 millions d'euros d'obligations à 5 ans, assorties d'un coupon à 3,038%. Le placement complètera une émission de 20 millions d'euros réalisée en fin d'année dernière.

Finance Plus, édité par lerevenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant