Paris Habitat : un parachute en or pour le directeur général

le , mis à jour à 12:01
40
Paris Habitat : un parachute en or pour le directeur général
Paris Habitat : un parachute en or pour le directeur général

À la suite de nombreux dérapages, un décret encadre depuis 2009 la rémunération des directeurs généraux (DG) d'offices HLM : chacun perçoit une part fixe (selon le nombre de logements), une part variable, sans oublier un régime de prévoyance, une voiture de fonction (dans les gros offices)... Tout cela étant « exclusif de tout avantage », dit le texte. En clair ? Nous avons calculé large, n'en rajoutez pas. Pourtant, en 2011, lorsque les administrateurs de Paris Habitat voient passer le contrat de Stéphane Dambrine, ils tiquent. « Les débats ont été houleux », se souvient l'un d'eux.

Il faut dire que le nouveau DG demande 180 000 € brut en fixe (au lieu de 168 000 € selon nos calculs faits en tenant compte du nombre de logements gérés par Paris Habitat). Avec la part variable, quasi assurée d'être de 15 %, son revenu annuel est de 207 000 €, soit près de— 000 € net par mois. Très au-delà du salaire du DG de l'Office national des forêts (ONF), environ 150 000 € brut par an. Et deux fois plus que le directeur d'un gros hôpital de province.

Plus gênant : dans un rapport confidentiel que « le Parisien » - « Aujourd'hui en France » dévoile aujourd'hui, le gendarme du secteur, la Mission interministérielle d'inspection du logement social (Miilos), rappelait début 2013 non seulement que le DG était hors plafond (il obtiendra finalement une dérogation du ministère), mais aussi que l'article 7 de son contrat de travail était « irrégulier », puisqu'il prévoyait que, outre son salaire, le DG « peut bénéficier des mêmes garanties et avantages que les salariés (13e mois, départ en retraite) » ! Stéphane Dambrine dit s'être mis en conformité depuis.

Un dernier point fait encore tiquer : en cas de licenciement, le DG peut prétendre à 24 mois de salaire, majorés de 25 % s'il a plus de 55 ans — c'est le cas. Soit un parachute de... 500 000 € ! Sur ce sujet, Stéphane Dambrine ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rakiri il y a 10 mois

    mais que faire ?

  • M3366730 il y a 10 mois

    Ils sont décidément très gourmands ces gens de gauche et avec une municipalité socialo/communiste/vert qui tous n'arrêtent pas de donner des leçons aux citoyens.

  • M2266292 il y a 10 mois

    tous des voyous.

  • Cambio17 il y a 10 mois

    Preuve une fois de plus que le Privé est la vache à lait du Public !

  • rodde12 il y a 10 mois

    Ne dites rien ils vont se mettre à manifester et peut être même en grève. ( avec paiement des jours non travaillés)

  • M3182284 il y a 10 mois

    Que ceux qui auraient refusé le parachute doré lèvent le doigt

  • uran il y a 10 mois

    Il y a une différence à gérer dix milliards dans le privé et 10 milliards dans le public.

  • M1531771 il y a 10 mois

    Les médias et nos Politiques voient bien que ce qu'ils veulent bien voir...!!! Du fout.age de gu.eule tout cela...!

  • M1531771 il y a 10 mois

    Il n'y a pas qu'à Paris qu'il y a des abus, premier une boite comme Alliade Habitat, à Lyon, les salariés sont sous payés pendant que le directeur du back office , grâcement payé occupe avec sa belle petite famille, une maison du parc social...alors vous savez...! C'est peut être eux finalement qui ont raison ...!

  • ch.jesti il y a 10 mois

    Belle exemple de dérive de notre haute administration avec la bénédiction des politiques au plus haut niveau !!!De quoi faire une nouvelle révolution , le peuple doit redevenir souverain . il faut un référendum pour pallier aux carences de notre système politique .