Paris:gagne en 1 jour ce qui se gagne en 1 mois, sans raison

le
0

(CercleFinance.com) - Vertigineux, sans précédent... nous venons d'assister à la plus forte hausse intraday 'intégralement linéaire' de l'histoire des indices européens: une rallye algorithmiquement 'pur' de +140Pts, exempte du moindre retracement ne serais-ce que de -0,1% sur une durée de près 8 heures et 15 minute.

Le CAC40 (+2,46% à 4.431) n'a pas connu le moindre 'pullback' d'une amplitude supérieure à 5Pts entre 9H10 et 17H29 ce mardi.

Il a fallu attendre le 'fixing' pour voir le CAC40 céder un total de -9Pts sur ses 'plus hauts'.

S'il y avait une ruée des opérateurs sur le papier, on pourrait parler d' une sorte d'hystérie haussière, mais il n'y a que des 'robots' (2,7MdsE d'échanges à 17H29, 3,3MdsE à 17H35).

Personne ne sait pourquoi ça monte -et surtout de +140Pts en ligne droite- mais tous les stops se sont déclenchés à l'achat avec le franchissement des 4.360 et cela a occasionné un 'effet panurge' d'une violence rarement observée.

Les opérateurs invoquaient une progression de +0,65% du Dollar... mais de tels écarts ont été observés les 13 et 18 mai dernier (+0,65% et +0,85% respectivement) sans que le CAC40 ne prenne plus de 0,5 ou 0,6% par rapport à la veille en clôture.

Tout plaidait ce matin pour une attitude prudente des investisseurs, dans le sillage de la baisse de -1% de Tokyo ou de -0,75% de Shanghai puis de la déception causée par la lourde chute de -6,4Pts (vers 4,8) du baromètre ZEW en mai, là où une hausse était anticipée.

L'Euro-Stoxx50 (+2,63% à 3.010Pts) a également suivi la même trajectoire algorithmique vertigineuse de +3,5% en ligne droite depuis 9H10 ce matin: le franchissement des 3.000 (suivi d'un test des 3.015) s'opère avec l'appui de Francfort (+2,2% sur le DAX à 10.060) et Milan (+3,35%).

'Techniquement, notre graphique à un mois reste à la prudence', a toutefois prévenu ce matin Barclays Bourse, rappelant par ailleurs qu'une première résistance se situe à 4.400 points.

Résistance littéralement désintégrée... mais toujours sans volume: il n'y plus aucune forme de résistance et un 'suivisme' militant dès qu'une hausse -que tout le monde sait minutieusement orchestrée- se dessine.

A Wall Street, la hausse l'emporte (+1,25% sur le 'Dow', +1,35% sur le 'S&P'), mais les indices US sont globalement figés autour de +1,3% depuis 16H00 et se montrent juste 2 fois moins euphoriques qu'en Europe (le Nasdaq prend en revanche +1,8%), malgré explosion historique de +16% des ventes de logements neufs en avril (à 619.000 contre 531.000... et 511.000 en 1ère estimation).

Cela pourrait s'expliquer par une vague sans précédent d'achat de grosses maisons par une clientèle majoritairement chinoise (les transactions moyennes dépassent les 550.000$ et vont souvent au-delà du million) qui cherche à diversifier son patrimoine.

S'agissant des valeurs françaises, le secteur bancaire sert de locomotive à Paris avec de écarts s'étageant entre +3,5% et +5,6% sur Crédit Agricole, BNP Paribas, AXA (+4,6%), Sté Générale (+5,4% soutenue par une 'reco' d'un bureau d'analyse d'une grande banque helvétique) puis Scor (+5,6%).

Nokia (+3,6%) a fait son apparition dans le quinté de tête in extremis.

Le titre Scor flambe alors qu'UBS a initié sa couverture du titre avec une recommandation 'achat' et un objectif de cours de 32 euros, le réassureur français étant le seul de son sous-secteur pour lequel le broker helvète anticipe une progression des résultats.

Seb fait feu de tout bois ce mardi. L'action flambe en effet de 10,7% dans le sillage de l'annonce du rachat du groupe allemand WMF pour 1,585 milliard d'euros.

Numéro un mondial des machines à café professionnelles et leader des articles culinaires en Allemagne, WMF a généré l'an passé un chiffre d'affaires de 1,1 milliard d'euros et un Ebitda de 118 millions.

Enfin, Eurosic (-2%) a confirmé hier soir les termes de son OPA sur Foncière de Paris (-5,7%), pourtant inférieurs à ceux annoncés par une troisième foncière cotée très présente dans les bureaux à Paris, Gecina (+0,4%). Principal actionnaire à hauteur de près de 30% de Foncière de Paris, Covéa a néanmoins indiqué préférer l'offre d'Eurosic.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant