Paris FC : une belle tête de vainqueur

le
0
Paris FC : une belle tête de vainqueur
Paris FC : une belle tête de vainqueur

Elle est là, la bonne surprise de ce début de saison de Ligue 2 : Paris FC, le moins hype des deux promus franciliens, a torché Le Havre lors du dernier match pour se hisser en haut de tableau, à portée d'un podium qu'il pourrait viser jusqu'au printemps prochain. Car derrière l'apparente inexpérience de cette formation se cachent en fait une stratégie sacrément bien foutue et une ambition à peine voilée d'être ce deuxième club de la capitale en élite attendu depuis plus de deux décennies.

Le score était sévère, la victoire n'en est pas moins incontestable. Vendredi dernier, dans ce fichu stade Charlety sonnant creux, le Paris FC a décroché ses trois premiers points de la saison avec la manière, punissant 3-0 une équipe du Havre pourtant pas mal ambitieuse cette saison. Ils s'ajoutent aux deux points déjà pris lors des premières journées, laissant une première impression d'ensemble franchement intéressante en ce mois d'août où tous les pronostics semblent permis dans cette Ligue 2 si homogène. Déjà, avant même que la saison ne débute, pas mal d'observateurs voyaient dans ce promu un bon profil de winner, du genre à faire une deuxième culbute de suite pour se hisser jusqu'en élite dans la foulée, sur la même dynamique, comme l'ont fait récemment le Gazélec, Metz, l'ETG ou Valenciennes. Actuellement, le Paris FC est 5e, avec deux unités de retard sur la tête. Ce n'est pas forcément hyper pertinent de juger d'un classement si tôt dans la saison, il n'empêche que l'affaire semble sérieuse avec cette équipe à l'allure trompeuse, que l'on dit portée sur la détection et la formation, mais qui, en réalité, se la joue très maligne en se blindant d'éléments expérimentés.

Des renforts tout de suite à l'ouvrage


Promu, le Paris FC l'est assurément. Inexpérimenté à ce niveau, le club l'est aussi, c'est certain. Mais pas taillé pour les rudes joutes de la L2, ça c'est faux. Car le recrutement estival a été justement pensé pour se renforcer avec des joueurs connaissant bien ce niveau. Il y a eu huit renforts au total, dont quelques darons tels Jean-Jacques Pierre et Alexis Thébaux, ainsi que des plus jeunes qui maîtrisent aussi très bien les combats de la deuxième div' : Bocundji Ça, Christopher Glombard, Romain Grange, ainsi que Khaled Ayari, déjà plus si tendre. Et pour la touche finale, deux espoirs : Dylan Bahamboula et Théo Pellenard, prêtés respectivement par Monaco et Bordeaux.

Or, vendredi face au HAC, six de ces recrues étaient alignées au coup d'envoi, tandis qu'une septième, Bahamboula, est sortie du banc. Il manquait juste Pellenard, le dernier arrivé. On peut dire que c'est de l'embauche efficace, pour un club qui avait déjà tenté avec succès pareil stratégie précédemment en sortant de National grâce à Socrier, Kinkela ou Poujol. À cela s'ajoutent effectivement quelques éléments " du cru " pour respecter l'ADN du club. Ainsi cette saison dans l'effectif pro, on…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant