Paris FC, paré pour le grand décollage

le
0
Paris FC, paré pour le grand décollage
Paris FC, paré pour le grand décollage

Co-leader de National à égalité de points avec le très médiatique voisin du Red Star, le discret Paris FC possède assez d'avance désormais pour envisager sérieusement un avenir en L2. En attendant mieux ? L'objectif Ligue 1 en 2019 est déjà dans les têtes et s'appuie sur de solides arguments : une formation à la pointe, un vivier de joueurs exceptionnel et une solide assise financière.

Il reste cinq journées à disputer dans ce championnat de National, et deux clubs franciliens occupent la tête du classement : le Paris FC et le Red Star, avec le même nombre de points. Bourg-Péronnas arrive juste derrière, pour former un trio de tête qui possède une solide avance sur Strasbourg (4e avec 7 points de retard sur la tête) et Luçon (5e, 8 points de retard). "Mathématiquement, ce n'est pas joué. Et tant que ça ne l'est pas, il faut savoir rester prudent. Même si, d'après moi, l'actuel podium est le bon pour la montée en L2, on ne peut pas encore crier victoire. Disons qu'il y a matière à se montrer raisonnablement confiant" pose Pierre Ferracci, le président du Paris FC, un club qui cultive la discrétion, mais enchaîne les bons résultats cette saison. Une victoire, ce vendredi soir sur la pelouse de Boulogne – ce qui serait la quatrième de suite – constituerait une étape de plus vers la montée. Une promotion importante et attendue depuis longtemps pour une formation qui avait pris ces dernières années un peu trop ses aises en troisième div', enchaînant les désillusions et les espoirs déçus.
+65 % de budget par rapport à la saison dernière
"Le plan de route annoncé l'été dernier, c'était la Ligue 2 en deux ans, puis la Ligue 1 en trois ans. On peut donc potentiellement se retrouver en avance d'un an sur nos objectifs", poursuit Pierre Ferracci, président heureux, mais pas si surpris de la performance de ses ouailles. "On figurait parmi les favoris à la montée, ce qui est normal puisqu'on avait tout de même augmenté significativement notre budget, de l'ordre de +65 % (4,5 millions d'euros contre 2,8 la saison passée, ndlr). Mais attention, un budget ne garantit rien. La saison précédente, c'est Strasbourg qui avait le plus gros et ça ne l'avait pas empêché de terminer relégable (et finalement repêché, ndlr). C'est dur, le National Alors on a mis les moyens pour disposer d'un effectif avec deux ans de perspective."

Le recrutement était effectivement ambitieux et conséquent avec les arrivées de joueurs d'expérience : Poujol, Socrier, Gamiette, Cantini, Ogunbiyi, Ech-Chergui, Baldé, Kinkela "On a pris notre temps pour recruter juste et bien, apprécie le directeur sportif Alexandre Monier. Ça nous a peut-être coûté une mise en route un peu longue (deux nuls à la maison pour commencer, ndlr), mais…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant