Paris exproprie la famille al-Assad pour bâtir des HLM

le
3

Rifaat al-Assad a été exproprié d’une parcelle de 780 mètres carrés en plein XVIe arrondissement de Paris, à deux pas du centre pour SDF du bois de Boulogne. La mairie de Paris veut y construire 29 logements sociaux et une crèche.

C’est un terrain vague de 780 mètres carrés où la nature a repris ses droits. En plein XVIe arrondissement - à l’angle des rues Jasmin et Henri-Heine - c’est le type d’endroit devant lequel on passe sans un regard. Mais cela va changer: grues et autres matériaux de construction vont bientôt arriver en nombre, raconte Le Parisien. La décision devrait être votée en Conseil de Paris la semaine prochaine. La marie devrait y faire construire 29 logements sociaux, une crèche et quatorze places de parking.

Une opération assez commune, en somme... Sauf que dans ce cas précis, le propriétaire de cette parcelle n’est pas inconnu: c’est la famille al-Assad, et plus particulièrement Rifaat, qui n’est autre que l’oncle de Bachar al-Assad. Il est à la tête d’un patrimoine estimé à quelque 90 millions d’euros... dont les origines ne sont pas toujours claires pour la justice française. En juin dernier, il a été mis en examen pour recel de détournement de fonds publics et blanchiment d’argent.

9,5 millions dépensés par la mairie de Paris

Naturellement, cette expropriation n’est pas gratuite. Les démarches avaient débuté il y a trois ans, alors que Bertrand Delanoë occupait encore le fauteuil de maire de Paris. C’est en octobre 2015, il y a quasiment un an, que la justice a tranché. Pour acheter ce petit morceau du XVIe, la Ville de Paris a déboursé 9,5 millions d’euros. Une somme qui n’a pas été versée sur un compte bancaire de Rifaat al-Assad mais qui est actuellement consignée à la Caisse des Dépôts.

«C’est la cerise sur le gâteau. Faire du logement social dans le XVIe, c’est une satisfaction. Le faire sur un terrain qui appartient à une telle personnalité, le plaisir est décuplé», s’est réjouit Ian Brossat, adjoint au Logement à la mairie de Paris. Ces derniers mois, ce dernier s’est déjà réjoui de préempter au dessus d’une concession Porsche, ou encore d’inaugurer en grande pompe une colocation étudiante dans l’ancien logement social de Frigide Barjot. Avec 3% de logements sociaux, le XVIe n’est pas encore au seuil prévu par la loi SRU, qui en impose 20 à 25% par arrondissement.

À quelques centaines de mètres de là, un chantier est lui, en passe d’être terminé: celui du Centre pour SDF du bois de Boulogne. Un projet de 196 mètres de long sur 8 de large qui, depuis son annonce, offusque les riverains, et son député-maire Claude Goasguen.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • isacarno le mardi 20 sept 2016 à 17:24

    le préfet Gardère propriétaire de 10 appartements s'est fait réserver un logement par Goasgen (GUD MIT UNS)

  • danquign le mardi 20 sept 2016 à 15:23

    Si Goasguen pouvait nous faire un infarctus en apprenant ça !

  • dotcom1 le mardi 20 sept 2016 à 11:18

    De quoi loger les copains de la reine Hidalgo