Paris: euphorisés,les marchés parient de nouveau sur Clinton

le
0

(CercleFinance.com) - Wall Street ne fait pas les choses à moitié: avec +2,4% sur le Nasdaq et +2% sur le Dow Jones, 70% de la récente baisse est effacée en quelques heures.

A ce rythme, c'est la totalité des pertes des 9 séances précédentes qui sera effacée, comme si l'élection était déjà 'pliée' au profit d'Hillary Clinton puisque le FBI lui accorde un 2ème quitus en 3 mois concernant ses E-Mails non sécurisés (et piratés).

Le VIX qui culminait vendredi vers 22 rechute de -18% (c'est énorme) vers 18,50, comme si les peurs du marché s'évanouissaient comme par enchantement.

A Paris, si l'on ne s'en tient aux volumes (2,7MdsE), les acheteurs n'ont pas arraché le marché à la hausse: ce sont juste les vendeurs qui se sont évaporés (pas de prise de risque inconsidérée, de peur d'un 'Brexit bis').

La clôture (+1,9% à 4.462) témoigne d'une volonté de finir au plus haut du jour alors que 98% des échanges du jour se sont effectués au sein d'une fourchette 4.447/4.457, le CAC40 ayant matérialisé un épisode de stagnation intraday de près de 7 heures, tel qu'il nous a rarement été donné d'en observer.

La CAC40 avait rouvert au-dessus du pivot des 4.444Pts, il s'est hissé jusque vers 4.464Pts vers 10H30 avant de retomber vers 4.450... puis s'est complètement figé (pas plus de 0,1% de variation de part et d'autre de 4.450) jusqu'à 17H29, avant de bénéficier d'un coup de pouce tactique à 17H35 destiné à embellir le tableau.

Wall Street se veut euphorique à la mi-séance avec un bon +2,1% sur le 'S&P' (dans le sillage des banques) et ne pouvait signifier de façon plus manifeste à quel point l'élection d'Hillary Clinton lui importe.

Les banques ont investi beaucoup d'argent dans sa campagne et la candidate démocrate a promis en retour de rendre le 'business financier' encore plus lucratif (assouplissement des régulations, fiscalité plus favorable).

Donald Trump n'a même pas bénéficié du 10ème des sommes accordées à sa rivale, un déficit de soutien à un candidat républicain sans précédent.

Chez nos voisins en Europe, tous les indices ont bénéficié du même coup de reins de dernière minute: Londres progresse de +1,7%, Francfort de +1,95%, Milan de +2,55% et l'Euro STOXX 50 engrange presque +1,9% à 3.009 (contre 3.011 au plus haut du jour).

Tony Cross, trader chez TopTradr souligne que 'Le peso mexicain - qui constitue peut-être le meilleur indicateur pour la course à la Maison Blanche - remonte de 2,5% face au dollar, ce qui semble ouvrir grand la voie à Hillary Clinton'.

L'euro a amplifié son repli à -1% face au Dollar: il finit au plus bas vers 1,1040 tandis que le baril de pétrole brut léger américain gagne 0,3% à presque 44,25$ (loin des +1,3% initiaux).

Du côté des valeurs, les investisseurs en profitent pour revenir sur quelques cycliques comme Lafarge-Holcim (+4,8%) ou des technologiques récemment survendues comme STMicroelectronics et Nokia (+3,8%).

Les financières se détachent avec AXA +3,9% puis BNP-Paribas +3,7% et Sté Générale (+3,5%) alors que les bancaires s'envolent de +3% en moyenne à Wall Street, notamment celles qui ont contribué le plus activement au financement de la campagne d'Hillary Clinton (Goldman Sachs, JP-Morgan).

A noter qu'une valeur du CAC40 n'a fini dans le rouge.

Les valeurs biotechnologiques comme Innate (+4%) sont également recherchées alors que le secteur de la pharmacie représente une 'opportunité rare' selon certains professionnels après une chute de 17% en trois mois.

De manière générale, les analystes estiment que le CAC se retrouvait 'survendu à court terme' après être passé sous le seuil des 4.400 points et sa moyenne mobile des deux cent jours.

Pour Barclays Bourse, la première résistance se situe désormais au niveau de l'ex-'gap' des 4.460 points: la clôture du CAC à 4.461 ne doit probablement rien au hasard.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant