Paris étrille Dijon sans forcer

le
0
Paris étrille Dijon sans forcer
Paris étrille Dijon sans forcer

Le succès fleuve à Caen (0-6) n'était pas un one shot. Contre Dijon, le PSG a confirmé son redressement mathématique avec réalisme mais sans trop de génie (3-0). De bon augure tout de même à une semaine du retour de la Ligue des champions.

Paris Saint-Germain 3-0 Dijon FCO

Buts : Lang csc (15e), Cavani (26e sp), Lucas (67e)

Pour le retour d'un PSG impérial, totalement maître de son sujet et insatiable dans le jeu, il faudra attendre. Pour sa seconde victoire consécutive en Ligue 1, l'équipe d'Unai Emery n'a pas forcément ébloui les spectateurs du Parc. Il n'y en avait pas forcément besoin. Face à un adversaire venu avec un système compact, les Parisiens ont su profiter d'une réussite maximale, un centre contré de Maxwell au quart d'heure de jeu venant réduire à néant le projet de jeu initial dijonnais. Et donc
Paris de se diriger tranquillement vers une victoire sans stress, avec un gros turn over au milieu
(Thiago Motta et Javier Pastore titulaires), et Alphonse Aréola dans les bois. Ce qui confirmerait la
tendance au déclassement de Kévin Trapp.

Adam Lang libère Paris malgré lui


Les retardataires du Parc des Princes n'avaient pas à se presser. Car le PSG a pris son temps pour emballer la partie contre le promu dijonnais. Malgré une possession de balle outrageuse et les gesticulations d'Unai Emery dans sa zone technique, ce Paris joue au petit trop et c'est Dijon qui s'offre le premier centre par Dylan Bahamboula. Lequel ne trouve cependant personne. Mais ce sont
bien les locaux qui ont la première grosse occasion sur un long ballon de Thiago Motta trouvant Di Maria. L'Argentin s'arrache côté gauche et centre à ras de terre pour Lucas, mais ce dernier rate le cadre devant Reynet (12e). Trois minutes plus tard néanmoins, la réussite sourit au PSG à la faveur d'une action enclenchée par Javier Pastore et conclue par un centre de Maxwell contré par le malheureux Adam Lang. Reynet est lobé, et les Parisiens sont devant sans avoir ni forcé ni impressionné (15e).

Utilisant beaucoup de longs ballons par-dessus la défense visiteuse, Paris se procure l'opportunité de doubler la mise, mais Lucas bute sur le gardien dijonnais (18e). Pendant ce temps, Alphonse Aréola joue tout seul au scrabble. De toute évidence, il s'ennuie. Jusqu'à ce que Paris fasse enfin le break grâce à Rabiot, qui récupère un ballon dans le camp dijonnais, sollicite le une-deux…










Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant