Paris et Zlatan brisent des Reims

le
0
Paris et Zlatan brisent des Reims
Paris et Zlatan brisent des Reims

Serein et très peu inquiété, le PSG glâne une nouvelle victoire en Ligue 1 face à Reims et se rapproche chaque jour un peu plus de l'officialisation de son titre. Une balade.

Paris Saint-Germain 4-1 Stade de Reims

Buts : Van der Wiel (11e), Zlatan (43e, 68e), Cavani (45e) pour le PSG // Oniangue (34e) pour Reims.

Paris est une fête. Surtout lorsqu'il évolue en Ligue 1. Quelques jours après le match abouti de Chelsea, le PSG se devait de revenir aux joies des joutes hexagonales. Forcément moins angoissant, Thievy Bifouma n'étant pas Diego Costa, El Kaoutari n'étant pas Gary Cahill. Alors, libéré de son premier acte européen, et voyant le spectre de l'affaire Aurier s'écarter, le PSG a décidé en cet après-midi maussade de se détendre. Dès lors, quoi de mieux qu'un Pocho pour lancer les hostilités. En partance pour la Chine, Ezequiel Lavezzi est ainsi venu faire ses adieux au Parc et a offert un joli moment avant même le coup d'envoi. Une belle ovation, quelques larmes contenues et Pocho se retrouvait balancé dans les airs par le onze titulaire au milieu de la pelouse. L'ultime hommage à l'ambianceur du groupe, et le début d'une partie presque parfaite pour un PSG aussi détendu que l'Argentin face à une vodka-pomme.

Le jeu en marchant


Sur la feuille de match, Laurent Blanc a d'ailleurs opté pour le super moit'-moit'. Une moitié de titulaires de Chelsea, une autre de coiffeurs pour laisser souffler quelques cadres. Ainsi, avec des ailes renouvelées (Kurzawa, Van der Wiel), un Matuidi au repos, et un Cavani d'attaque, le PSG présente tout de même une belle gueule dans son antre dégarnie. Et joue sur un rythme de sénateurs. Les petits gestes s'enchainent, les petites passes aussi, et Reims ne touche pas une bille malgré des Parisiens qui ont décidé de laisser le bouton "accélération" tranquille. Forcément, c'est Marco Verratti qui régale dans son style si particulier, tandis que Zlatan Ibrahimovic régente les offensives en position de numéro 10. Une confirmation, s'il en fallait une, que Paris n'a rien à craindre de Reims, et même pas des rushs de Mickael Tacalfred, capitaine quelque peu abandonné dans l'agressivité. Et Paris peut dérouler. Dès la 11e minute, une passe du Suédois à catogan troue la défense rémoise, et permet à Van der Wiel de conclure d'un plat du pied assuré. Une première action pour un premier but qui confirme…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant