Paris et Monaco accouchent d'une souris

le
0
Paris et Monaco accouchent d'une souris
Paris et Monaco accouchent d'une souris

Amorphes en première mi-temps, le PSG et l'AS Monaco ont offert un spectacle plutôt triste qui a accouché d'un match nul et vierge (0-0). Plus entreprenants offensivement, les Parisiens peuvent regretter leurs occasions manquées.

Paris et Monaco sont-ils bâtis pour la Ligue des Champions ? Si séduisantes quand résonne l'hymne de la reine des compétitions, les deux locomotives du football français présentent trop souvent cette saison un tout autre visage au moment de refouler les pelouses de Ligue 1. Toujours bien organisée, la bande de Jardim s'est contentée ce dimanche de tenir la baraque, sans pour autant approcher, une ou deux fois mis à part, des buts de Sirigu. À contrario, les Parisiens ont tenté, mais sont une nouvelle fois punis par le manque de réalisme du duo Cavani-Lavezzi, pourtant alléchant sur le papier. Paris, qui laisse une nouvelle fois passer sa chance de prendre seul le fauteuil de leader, peut nourrir de gros regrets.
Lavezzi-Cavani, duo de croqueurs
Les Parisiens donnent le coup d'envoi mais les locaux sont les premiers à se mettre en évidence, par Martial notamment, titularisé à la place de Berbatov en pointe, et très actif dès les premières minutes. En face, les hommes de Laurent Blanc, trop statiques, ne proposent que très peu de mouvement. Du coup, les attaquants monégasques tentent d'en profiter, à l'image de Bernardo Silva, qui, lancé dans la surface, trompe Sirigu, mais est logiquement signalé hors-jeu. Une fausse alerte qui réveille quelque peu les Parisiens. Sur le premier corner du match, Verratti rate de peu le ballon au deuxième poteau. Dans la foulée, Lavezzi, parfaitement trouvé dans la surface par Pastore, décale Cavani dans la surface, mais la frappe puissante de l'Uruguayen est parfaitement repoussée par Subasic.

Multipliant les appels, Cavani, lancé en profondeur, trouve Lavezzi, mais l'Argentin est bien pris dans la surface par Wallace. Compact, le bloc monégasque se replie, et contient plutôt bien les quelques offensives franciliennes. Ce qui n'empêche pas les hommes de Blanc de placer quelques coups d'accélérateur. Trouvé par une louche de Maxwell, Matuidi remet ainsi astucieusement vers Lavezzi, mais le plat du pied du numéro 11 frôle le montant. Un Lavezzi en grande difficulté dans la finition, lorsque dix minutes plus tard, sa frappe croisée du gauche fuit une nouvelle fois le cadre. Côté monégasque, la réponse, timide, est donnée par Moutinho, dont la reprise, trop molle, est bien captée par Sirigu. Frileux, les Monégasques concèdent une nouvelle occasion, mais là encore, Cavani se montre imprécis et envoi une mine dans les tribunes. Après un dernier corner parisien,...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant