Paris et Mandanda seuls au monde

le
0
Paris et Mandanda seuls au monde
Paris et Mandanda seuls au monde

Le PSG a collé neuf buts à Troyes pour devenir champion mais surtout pour le fun. C'est beaucoup moins marrant du côté de l'OM, où Mandanda commence dangereusement à se sentir seul. Sinon, c'est le bordel à Bordeaux et Nice a gagné à Montpellier, une première depuis plus d'une décennie.

L'analyse définitive de la semaine : Le PSG n'a rien à faire en Ligue 1


Voilà, c'est fait. Paris est officiellement couronné champion, au bout de 30 journées. Avec 77 points au compteur, une seule défaite et cinq petits matchs nuls, le club de la capitale a pété tous les records pour remporter son quatrième titre d'affilée... le 13 mars. En hiver donc. Mais en vrai, le PSG s'en tape. Même s'ils ont démonté Troyes sur le score de 9-0 pour faire croire qu'ils souhaitaient fêter ça de belle manière, Ibra et compagnie étaient déjà champions dans leur tête au mois de septembre.

Champion, champion, champion, champion, champion, champion, champion, champion, champion
Alors, peu importe qu'ils ne puissent plus être rattrapés en mars, avril, mai ou janvier. Ce que veut Paris, c'est une ligue fermée pour pouvoir se frotter à un adversaire à sa mesure chaque week-end. Raison pour laquelle le Z a balancé un quadruplé sans sortir le sourire. En attendant, les hommes de Blanc iront se faire plaisir sur la scène européenne. Et continuerons de fesser les autres équipes françaises pour les dégoûter.

Les moments clés du titre du Paris Saint-Germain

La polémique de la machine à café : Sagnol doit-il démissionner ?


"L'envie de démissionner ? C'est très nouvelle génération ça : dès que cela devient difficile, on abandonne. Moi, je suis d'une génération où, plus c'est dur, plus j'ai envie de travailler." Willy Sagnol a beau monter sur ses grands chevaux et mettre en avant son courage, il ne convainc absolument personne. Ni son président, avec qui il se prend la tête toutes les semaines, ni les supporters, qui pleurent chaque saison un peu plus, ni ses joueurs, dont les oreilles ont de plus en plus de mal à entendre le message délivré par le coach. Car Bordeaux a encore mangé très cher en s'inclinant de quatre unités sur le terrain de Toulouse. En trois rencontres, les…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant