Paris et Madrid placent leur papier sans soucis

le
0
LA FRANCE ET L'ESPAGNE ÉMETTENT DE LA DETTE SANS SOUCIS
LA FRANCE ET L'ESPAGNE ÉMETTENT DE LA DETTE SANS SOUCIS

PARIS/MADRID (Reuters) - La France et l'Espagne, après l'Italie la veille, ont émis jeudi de la dette à des conditions meilleures que lors des précédentes adjudications, les banques, largement abreuvées en liquidités par la BCE, ne s'étant pas posé de questions sur l'aptitude de l'Espagne en particulier à atteindre ses objectifs budgétaires.

Le Trésor italien avait émis mercredi six milliards d'euros d'obligations, dans le haut de la fourchette visée, avec des rendements en net recul.

La France a émis 8,461 milliards de BTAN d'échéance 2014, 2016 et 2017, soit dans le haut de la fourchette annoncée (7,5-8,5 milliards d'euros). La demande ayant atteint 19,645 milliards d'euros, cela donne un taux de couverture confortable de 2,3.

L'Agence France Trésor, qui gère la dette de l'Etat, a également émis 1,58 milliard d'euros de titres indexés sur l'inflation française (OATi) et sur l'inflation de la zone euro (OATei) d'échéance 2019, 2022 et 2027, pour une fourchette annoncée entre 1,2 et 1,7 milliard d'euros.

Les taux moyens pondérés, qui, dans ce cas, expriment des taux réels, sont ressortis en dessous de ceux de décembre. Le ratio de couverture sur les index s'est établi à 2,4.

"C'est une vente très solide, il n'y a pas de doute là-dessus", a dit Marc Ostwald, stratège chez Monument Securities à Londres.

L'Espagne a émis elle pour trois milliards d'euros d'obligations, visant à l'origine un montant compris entre 2,5 et 3,5 milliards.

Le Trésor a vendu un milliard d'euros à trois ans, échéance 31 janvier 2015, coupon de 4,4%, 976 millions d'euros à 4 ans (30 avril 2016, coupon de 3,25%) et 1,03 milliard d'euros (30 juillet 2018, coupon de 4,1%).

Les coûts de ces emprunts ont légèrement baissé comme attendu. L'emprunt 2015 affiche un rendement moyen de 2,440%, contre 2,966% lors de la dernière opération le 16 février.

Le papier 2016 affiche un rendement moyen de 3,374%, contre 3,748% lors de la dernière adjudication le 12 janvier.

Le papier 2018 a un rendement de 4,193%. La dernière émission de ce genre remonte à 2008.

Le ratio de couverture montre que la demande a été soutenue : cinq fois pour le papier 2015, contre 4,4 la dernière fois, 4,1 pour l'échéance 2016, contre 2,2 fois auparavant, et 2,9 pour le papier 2018.

"De solides ratios de couverture pour l'adjudication espagnole, ce devrait être un très bon point pour les périphériques en général", commente Peter Chatwell (Crédit agricole).

Nigel Davies, Raoul Sachs, Danielle Rouquié, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant