Paris et les Bourses européennes finissent en forte hausse

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en forte hausse, mercredi, à la suite de la publication d'un indice ISM manufacturier américain à son plus haut depuis juin, de l'amélioration du sentiment sur la crise de la dette en zone euro et d'indicateurs chinois jugés encourageants.

Le CAC 40 a progressé de 2,09% à 3.367,46 points. Francfort a pris 2,44% et Londres 1,92%, avec un gain de 2,24% de l'EuroStoxx 50.

Les grands indices américains sont également en hausse à la mi-séance, de plus de 1%.

La perspective d'un accord sur la Grèce dès mercredi, aux dires de banquiers et de responsables politiques, a soutenu le sentiment des investisseurs.

La tendance a aussi été favorisée par des dépenses de construction aux Etats-Unis meilleures que prévu, même si l'indicateur d'emploi ADP est décevant.

En Chine, le secteur industriel a connu une croissance modeste en janvier, alors qu'on anticipait une contraction, alimentant l'espoir d'éviter un atterrissage brutal.

En Allemagne, l'activité manufacturière a renoué avec la croissance en janvier, pour la première fois en quatre mois, selon les données Markit.

Les valeurs bancaires ont mené le bal, l'indice Stoxx européen (+3,77%) étant arrivé en tête des hausses des indices sectoriels en Europe. Société générale, Crédit agricole et Banco Populare ont pris respectivement 5,92%, 7,39% et 10,93%.

L'indice du secteur automobile a clôturé en hausse de 3,65%, deuxième plus forte hausse sectorielle en Europe. Daimler (+3,80%) et BMW (3,98%), qui exportent beaucoup vers la Chine, ont profité des bons indicateurs publiés par Pékin.

A Paris, Eiffage a encore bondi de 8,25%, après 4,48% la veille, JPMorgan s'étant montré optimiste sur le groupe de construction et notamment sur la capacité d'Eiffarie, sa coentreprise avec l'australien Macquarie, à refinancer sa dette.

L'euro reste soutenu face à la devise américaine, à près de 1,32 dollar, alors que le yen est à des plus hauts de trois mois contre le dollar, ce qui alimente les spéculations selon lesquelles Tokyo pourrait intervenir pour interrompre sa hausse.

L'Allemagne a pu placer 4,093 milliards d'euros de papier obligataire à 10 ans, coupon de 2,0%, moyennant un rendement en baisse à 1,82% contre 1,93% lors de la précédente opération de ce type, a annoncé mercredi la Bundesbank.

Le Portugal a émis pour 1,5 milliard d'euros de bons, répartis également entre échéances à trois et six mois, et bénéficié d'une baisse des rendements. Le trois mois a produit un taux de rendement moyen de 4,068% contre 4,346% lors de l'adjudication précédente voici deux semaines, tandis que l'émission à six mois a dégagé un taux de rendement moyen de 4,463% contre 4,740%.

Le rendement de l'emprunt portugais à 10 ans a diminué de près de 100 points de base à 15,553%, selon Tradeweb, et celui du deux ans de 174 pdb à 18,898%.

Le baril de Brent a réduit ses gains après l'annonce que les stocks de brut américain ont augmenté plus que prévu la semaine dernière. Il se traite néanmoins à plus de 112 dollars, reflétant la crainte d'une escalade des conflits autour de l'Iran, alors que des dirigeants américains songent à prendre davantage de sanctions contre Téhéran.

Selon l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA), les stocks de brut ont augmenté de 4,18 millions de barils alors que les économistes interrogé par Reuters attendaient en moyenne une hausse de 2,4 millions de barils .

Juliette Rouillon

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant