Paris et Berlin veulent aller vite sur les investissements-Sapin

le
0

LUXEMBOURG, 14 octobre (Reuters) - La France et l'Allemagne veulent avancer rapidement sur les futurs investissements européens afin d'aider l'économie européenne dès l'an prochain si possible, a déclaré mardi le ministre français des Finances, Michel Sapin. Il rencontrera son homologue allemand Wolfgang Schäuble le 20 octobre à Berlin avec les ministres français et allemand de l'Economie, Emmanuel Macron et Sigmar Gabriel, pour poursuivre les travaux sur ce sujet. "Nous ne voulons pas d'une 'arlésienne', nous voulons des dispositions rapides, pratiques, en capacité d'être mises en oeuvre", a dit Michel Sapin à des journalistes après la réunion des ministres des Finances européens à Luxembourg. Les responsables européens laissent toujours ouverte la question de la provenance des 300 milliards d'euros d'investissements prévus par le futur président de la Commission Jean-Claude Juncker. Ils doivent être en partie financés sur fonds publics, complétés par des fonds privés, la discussion entre Paris et Berlin portant notamment sur la proportion. "Je retiens (...) ce qu'a dit Wolfgang Schäuble : si on a un dispositif rapide, pratique, qui identifie de bons projets, on résoudra toujours les problèmes de financement derrière", a expliqué Michel Sapin. Mais il faut aller vite car "le risque, c'est que ceci ait des effets en 2017 ou au-delà, or nous avons besoin d'effets favorables à la croissance dès 2015 et 2016", a-t-il ajouté. Prié de dire quand la liste des projets d'investissements serait prête, il a souhaité qu'elle le soit "le plus vite possible". Des investissements dans les réseaux énergétiques et numériques sont le plus souvent cités par les responsables européens. Même si la provenance des fonds fait débat, la nécessité d'accroître les investissements en Europe fait consensus entre la France et l'Allemagne, ce qui en fait un sujet moins douloureux que celui de la vitesse de redressement des finances publiques de la France. Sous pression des dirigeants européens, qui déplorent la nouvelle violation par Paris de ses engagements de réduction des déficits publics, Michel Sapin a ouvert la porte lundi à une modification des textes lors du débat parlementaire pour réduire les déficits davantage que prévu jusqu'à présent. "Nous verrons le sens des discussions, nous verrons où en sera la Commission et sa compréhension de nos chiffres", a-t-il dit. ID:nL6N0S84Q4 Voir aussi: Paris, Berlin réfléchissent à des initiatives pour la croissance ID:nL6N0S82EU (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux