Paris et Berlin réaffirment la place de la Grèce dans l'euro 

le
0
Georges Papandréou a redit sa détermination absolue à mettre en ?uvre tous les engagements qu'il a souscrits.

La France et l'Allemagne ne laisseront pas tomber la Grèce. Cette promesse, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel l'ont réaffirmée avec force mercredi soir dans un communiqué on ne peut plus officiel à l'issue d'une conférence téléphonique - très attendue toute la journée par les marchés - avec Georges Papandréou, le premier ministre grec. Pour être tout à fait clair, le couple franco-allemand s'est même dit convaincu «que la place de la Grèce est dans la zone euro». Mais à une condition, elle aussi, très explicite: «La mise en œuvre stricte et effective du programme de redressement de l'économie grecque soutenu par les pays de la zone euro et le FMI et qui conditionne le déboursement des futures tranches du programme.»

Barroso pour «un nouvel élan fédérateur»

De son côté, le premier ministre grec a donné toutes les assurances nécessaires. Georges Papandréou a confirmé «la détermination absolution de son gouvernement à prendre toutes les mesure

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant