Paris et Berlin minimisent leur différend sur la Libye

le
0
Alain Juppé et son homologue allemand Guido Westerwelle ont affirmé jeudi qu'il n'y avait aucun désaccord sur le départ de Mouammar Kadhafi.

De notre correspondant à Berlin

Les retrouvailles franco-allemandes, jeudi à Berlin, avaient un air de séance de rattrapage. Multipliant paroles et gestes amicaux, Alain Juppé et son homologue allemand, Guido Westerwelle, se sont efforcés de minimiser les malentendus entre Paris et Berlin, alors que l'entente entre les deux capitales a été mise à l'épreuve par les divergences sur la gestion de la crise libyenne. Avant l'ouverture d'une réunion de l'Otan centrée sur la Libye, les chefs de la diplomatie des deux pays ont affirmé poursuivre les mêmes buts.

«La divergence porte sur les moyens», a déclaré le ministre français des Affaires étrangères à l'issue d'une discussion «franche», en rappelant que Paris, contrairement à Berlin, était «pour une intervention militaire». «Mais sur le fond nous sommes d'accord pour dire qu'il n'y a pas de solution militaire et qu'il faut une solution politique», a-t-il ajouté, lors d'une conférence de presse commune avec G

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant