Paris et Alger convergent sur le dossier malien

le
0
INFOGRAPHIE - La France, qui espérait une intervention début 2013, s'est convertie à l'idée de négocier avec les mouvements touaregs.

François Hollande est venu chercher en Algérie la clé de la crise malienne, mais il n'est pas certain qu'il l'ait trouvée. Le président français et Abdelaziz Bouteflika ont en tout cas réussi à rapprocher leurs positions sur un dossier qui, au-delà des divisions, préoccupe les deux pays. «Il y a des convergences avec le président algérien. Lui et moi pensons qu'il faut développer un dialogue avec ceux qui se séparent, et mieux, qui luttent contre le terrorisme», a expliqué mercredi François Hollande. «Le rôle de l'Algérie est très important, a-t-il précisé. Nous ne pouvons pas accepter qu'Aqmi s'installe au nord du Mali.»

La «convergence» n'était pas gagnée d'avance. La France était au début de l'automne favorable à une intervention armée rapide, si possible dès le premier trimestre de l'année prochaine, des pays africa...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant